Les autotests serviront-ils à rouvrir lieux culturels et sportifs? Le gouvernement y travaille

Quang Pham
·1 min de lecture
Une salle de cinéma sans spectateurs durant le premier confinement à Paris le 6 mai 2020. (Photo: STEPHANE DE SAKUTINAFP)
Une salle de cinéma sans spectateurs durant le premier confinement à Paris le 6 mai 2020. (Photo: STEPHANE DE SAKUTINAFP)

AUTOTESTS - Ils pourront peut-être nous permettre de fréquenter de nouveau les salles de concerts ou les stades. Les autotests sont une piste possible pour réaliser la réouverture des lieux culturels et sportifs, un objectif soutenu par Roselyne Bachelot qui avait déclaré sur France culture militer pour une “ouverture globale des lieux de culture avec des protocoles adaptés”. En janvier dernier, la ministre s’était montrée très intéressée par l’expérimentation d’un concert-test à Barcelone où les participants devaient réaliser un test Covid avant d’assister à l’événement musical.

L’idée semble aussi avoir fait son chemin en France. Le ministère de la Santé l’a précisé ce vendredi 26 mars, des dispositifs spécifiques d’autotests seront évalués au cours du mois d’avril par le ministère de la Culture et le ministère chargé des Sports. Si ces dispositifs sont validés pour accompagner la tenue des événements culturels et sportifs, leur déploiement s’inscrira dans une stratégie plus globale d’utilisation des autotests pour le dépistage du Covid-19.

Un déploiement à partir du mois d’avril

Jugés moins invasifs que les tests PCR, les autotests à prélèvement nasal vont faire l’objet d’un déploiement plus large, vraisemblablement mi-avril ou fin avril après une phase d’évaluation, révèle une source du ministère de la Santé. Avant un élargissement à l’ensemble de la population, les autotests seront d’abord déployés auprès des jeunes de plus de quinze ans et des populations considé...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.