Les lepénistes et la religion des nombres

Libération.fr

Bienvenue dans l’ère du post-calcul : Marine Le Pen donne quelques chiffres, à la louche, sans trop y croire. En fait, elle s’en fout !

«Quinze milliards, je crois…» Marine Le Pen «croit». Ce matin-là, sur RTL, elle «croit» que l’abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans, mesure prévue dans le programme du Front national (FN), va coûter 15 milliards. Elle plonge dans ses notes. Oui, «15», voilà, c’est ça. «Je crois» : en deux mots, Le Pen a défini sa position exacte à l’égard de la religion des nombres : ni croyante ni athée, bien au contraire. En français dans le texte : elle s’en fout.

Qu’on ne s’y trompe pas : en deux mots, donc, c’est une proclamation politique, tant le débat politico-médiatique de cette campagne, à nulle autre pareille, ne semble plus diviser droite et gauche, ces vieilles lunes, mais ceux qui allèguent faits et nombres, et ceux qui en font de la confiture.

D’un côté, les partis de gouvernement. Plus précisément, ce qu’il en reste. Plus précisément encore : Benoît Hamon, et apparemment lui seul. François Fillon, depuis un mois, a basculé du côté obscur des assassinats et des complots. L’ex-banquier Macron, étrangement, ne donne pas de chiffres, d’ailleurs personne ne lui en demande, et pour cause : les chiffres sont présumés être sa langue maternelle. On ne va pas lui faire une interro dans sa langue maternelle, il risquerait d’humilier ses examinateurs. Et après tout, si Jeanne d’Arc avait dû calculer le coût d’un aller-retour pour Reims, elle n’aurait jamais été Jeanne d’Arc. Reste Hamon, le seul à s’accrocher aux nombres, le seul à mettre un point d’honneur à les citer sans notes, à apporter des simulations cartonnées à Pujadas, pour bien montrer aux caméras l’impact de son reliquat de revenu universel sur le célibataire, ou sur le ménage à 1,9 du smic avec deux enfants. Dans le cortège de ce qui reste des partis de gouvernement, donc, la presse traditionnelle, ses journalistes du «système», et ses fact-checkeurs à calculette.

De l’autre (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La quatrième gauche, ou un partage radical du pouvoir
Pour entrer dans le XXIe siècle, repartons du Moyen Age !
Paix au Karabakh, démocratie en Azerbaïdjan !
Europe : le beau projet irréalisable de Benoît Hamon
Penelope

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages