Leonor d'Espagne : 5 choses à savoir sur le campus d'exception où elle va étudier

·1 min de lecture

Leonor d'Espagne s'apprête à faire le grand saut. La fille du roi Felipe VI et de la reine Letizia quittera en effet l'Espagne en septembre prochain pour rejoindre le Pays de Galles, où elle suivra les cours du prestigieux UWC Atlantic College, installé dans le château de Saint-Donat. Mais Leonor n'est pas comme toutes les jeunes adolescentes de son âge, puisqu'elle héritera un jour du trône d'Espagne, un rôle pour lequel elle se prépare à la perfection, elle qui impressionne déjà le peuple espagnol grâce à son caractère bien trempé. Mais avant d'oeuvrer pour son pays, la princesse Leonor de Bourbon a décidé de réaliser ses rêves, dans ce campus d'exception où elle pourra vivre librement sa vie d'étudiante. Que faut-il savoir du UWC Atlantic College ?

Pour offrir à leur fille l'établissement de ses rêves, le roi Felipe VI et la reine Letizia ont dû signer un gros chèque de 67 000 livres, soit 76 500 euros pour les deux ans. Les époux royaux ont tenu à faire savoir qu'ils paieront bien évidemment cette somme de leur poche.

Si de grandes familles fortunées sont régulièrement séduites par ce campus d'exception, Jens Waltermann, le directeur exécutif de UWC International, a tenu à faire savoir que des étudiants de tous horizons y avaient leurs places. "75% de nos élèves sont des boursiers à différents échelons", a-t-il indiqué. Puis d'ajouter : "La princesse Leonor rejoindra 4.500 autres étudiants de 155 pays différents et issus de toutes sortes de milieux".

Le UWC Atlantic College, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Un studio à l’Elysée : comment Emmanuel Macron veut séduire les jeunes
"Je n'étais pas à la hauteur" : les regrets de Julien Doré concernant ses dernières histoires d'amour
Roselyne Bachelot draguée par une religieuse à l'adolescence : sa surprenante confidence
Laury Thilleman : avec son mari Juan Albarez, c'est l'amour rock'n'roll depuis 5 ans !
La chanteuse Pomme harcelée moralement et sexuellement" de ses 15 à 17 ans : son témoignage glaçant