Leonardo DiCaprio, "éco-hypocrite"? Ses vacances sur un yacht ne passent pas

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Leonardo DiCaprio,
Leonardo DiCaprio,

ENVIRONNEMENT - Peut-on être un ambassadeur de l’ONU pour le climat et passer ses vacances sur un yacht? La réponse est “non” pour de nombreux internautes, qui ont pointé du doigt l’acteur américain Leonardo DiCaprio, en vacances en ce début d’année sur un super-yacht au large de Saint-Barthélémy, dans les Caraïbes.

Accompagné de sa petite-amie âgé de 24 ans, Camila Morrone, la star du Loup de Wall Street et de Once Upon a Time... in Hollywood a été photographié par des paparazzis à bord du Vava II, appartenant au milliardaire suisse Ernesto Bertarelli.

Le yacht de 96 mètres de long, l’un des plus grands de la planète selon le Daily Mail, est aussi extrêmement polluant. D’après le quotidien britannique, le très luxueux bateau de plaisance peut produire jusqu’à 238 kilos de dioxyde de carbone par mile- un peu plus d’un kilomètre. Le journal ajoute toutefois que le bateau est resté immobile la plupart du temps.

Six ponts et un héliport

Le yacht, notamment équipé d’une piscine, d’une salle de cinéma, d’une salle de sport, d’un héliport et de six ponts, nécessite près de 300.000 euros de carburant pour un plein.

Ces vacances valent à la star, qui se pose régulièrement en défenseur de l’environnement, le titre d’”éco-hypocrite” décerné par des internautes furieux de son mode de vie. Surtout que Leonardo DiCaprio, 47 ans, est à l’affiche du film Don’t Look Up, métaphore de la catastrophe climatique et de l’inaction des dirigeants.

Une source proche de l’acteur a tenté de désarmorcer la polémique en précisant que Leonardo DiCaprio n’était qu’un invité parmi d’autres sur le yacht, qu’il ne possède pas. Et qu’il n’a pas non plus loué.

Selon plusieurs médias, la star américaine a fait don de plus de 80 millions d’euros sur sa fortune estimée à près de 240 millions d’euros pour la protection d’espèces en danger et pour la préservation de terres.

À voir également sur Le HuffPost: Comment Thomas Pesquet essaie de faire pousser des plantes sur l’ISS

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles