Leona Winter de « Drag Race France » s’excuse après la redécouverte d’un show en blackface

Leona Winter, concurrente de la troisième saison de « Drag Race France ».
FRANCE TV / JEAN RANOBRAC Leona Winter, concurrente de la troisième saison de « Drag Race France ».

POLÉMIQUE - « Le blackface est une pratique raciste. C’est inacceptable, même dans le cadre d’un concours. » Ces mots sont ceux de la drag-queen Leona Winter, candidate de cette troisième saison de Drag Race France, qui sur Instagram, mercredi 19 juin, s’est exprimée après la redécouverte d’une vidéo d’elle polémique.

Dans cette vidéo qui circule sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours, on peut voir Leona Winter sur scène aux côtés de plusieurs autres drag-queens qui, comme elle, arborent un blackface, une pratique ancienne et raciste héritée du théâtre américain où des comédiens blancs se « grimaient » pour se moquer des Noirs.

La scène en question date de 2018 et a été filmée lors d’un challenge pendant l’émission The Switch Drag Race, adaptation chilienne du programme américain initial RuPaul’s Drag Race. « Lors d’une épreuve imposée par la production, la consigne était de nous grimer et de performer sur une chanson des Jackson 5, explique Leona Winter en story, ce mercredi. Nous nous sommes toutes exécutées. »

Leona Winter revient sur son blackface.
Capture d’écran Instagram @leonawinterofficiel Leona Winter revient sur son blackface.

Depuis que cette vidéo est réapparue sur les réseaux sociaux, la drag-queen a vu déferler une vague de commentaires sous ses publications pour dénoncer son action controversée passée. « La honte pour la communauté drag », écrit par exemple un internaute. « C’est pour quand la disqualification ? », dénonce une autre. Ce mercredi, Leona Winter tient à « présenter [ses] excuses à toutes les personnes [qu’elle] a pu offenser, choquer ».

Elle n’est toutefois pas la première queen de Drag Race à être accusée de blackface. En 2023, c’était déjà le cas d’une des candidates américaines, Pearl. En 2021, de deux des compétitrices de la version australienne. Le créateur de l’émission RuPaul n’est lui-même pas étranger au sujet puisqu’en 2002, il avait apporté son soutien à Chuck Knipp, comédien canadien connu pour se grimer en femme noire avec son personnage de Shirley Q Liquor.

À voir également sur Le HuffPost :

Même Keiona est fan de cette vidéo de jeunes coréens qui dansent comme elle dans « Drag Race France »

« Drag Race France Live» n’est pas le seul show où voir des drag queens à Paris, Lyon ou Bordeaux