Lenteurs et "gadget": l'opposition pilonne l'exécutif sur la vaccination

Gaëlle GEOFFROY
·4 min de lecture

Pilonnant sans relâche l'exécutif pour les lenteurs de la vaccination contre le Covid-19, l'opposition critique aussi le tirage au sort d'un groupe de citoyens chargé de suivre la campagne, perçu comme un "gadget délirant" pour "faire croire qu'on fait un peu de démocratie".

Le président (LR) de la région Grand Est, Jean Rottner, a parlé lundi de "scandale d'Etat", critiquant une "forme d'impréparation" et "d'irresponsabilité" du gouvernement.

Une semaine après les débuts de la campagne vaccinale, le gouvernement avait tenté de reprendre la main ce week-end en annonçant la vaccination pour certains soignants et une accélération de l'arrivée des doses chaque semaine.

"Une centaine d'hôpitaux offriront la vaccination aux soignants" d'ici mercredi, a assuré lundi le ministre de la Santé Olivier Véran, selon qui "aujourd'hui nous aurons réalisé plusieurs milliers de vaccinations dans tout le pays".

Mais la polémique enfle, alors que plusieurs dizaines de milliers de personnes ont déjà été vaccinées en Allemagne et près d'un million au Royaume-Uni.

"Notre pays est humilié", a affirmé le député LR des Alpes-maritimes Eric Ciotti, en demandant à M. Véran "d'agir ou de partir".

Pour le vice-président du Rassemblement national Jordan Bardella, la France "est la risée du monde".

Le député européen écologiste Yannick Jadot a lui fustigé le "fiasco" de la stratégie vaccinale mais aussi de l'industrie pharmaceutique hexagonale, dont le leader Sanofi ne devrait pas avoir mis au point de vaccin avant la fin 2021. Et évoque "le bruit qui court à Bruxelles que la France a joué Sanofi au maximum" face au vaccin déjà disponible de Pfizer et BioNTech.

"Mobilisons notre armée, celles et ceux qui savent gérer la logistique pour faire les transports" de vaccins, a lancé le numéro 3 de LR Aurélien Pradié.

A gauche, la présidente du groupe PS à l'Assemblée Valérie Rabault, souhaitant savoir "combien de doses ont été commandées", considère que "le gouvernement ne nous dit pas tout".

"La stratégie du +President-qui-décide-de-tout+ vire au fiasco!" a twitté le secrétaire nationale du PCF, tandis que Pierre Jouvet, porte-parole du PS, a écrit à Jean Castex pour demander d'"autoriser l'ouverture de +vaccinodromes+, comme en Allemagne".

A contre-courant, le président LR des régions de France Renaud Muselier a lui dit sa "confiance totale" envers le Premier ministre pour "accélérer et réussir" la campagne de vaccination.

- "Comité Théodule" -

Certains appellent aussi le gouvernement à s'appuyer sur les collectivités locales pour l'aspect logistique.

Il faut "que les maires soient associés à l'organisation de la campagne de vaccination", a estimé lundi l'Association des maires de France, tandis que la présidente (ex-LR) de l'Ile-de-France Valérie Pécresse réitérait sa proposition d'un "appui logistique à l'Etat dans tous les bâtiments régionaux".

A ces critiques s'ajoutent désormais celles à l'encontre d'un groupe de 35 citoyens dont le tirage au sort devait débuter lundi et qui seront chargés de suivre la campagne vaccinale.

"Du foutage de gueule" qui vise à "faire croire qu'on fait un peu de démocratie", selon Yannick Jadot.

"On a du mal à saisir quel sera le rôle du conseil des 35 quand tout est décidé par un conseil de défense opaque", a affirmé l'eurodéputée LFI Manon Aubry, tandis qu'au centre, le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a dénoncé un "gadget totalement délirant et antidémocratique".

Pour la présidente du RN Marine Le Pen, "l'exécutif renonce à décider, à agir, donc à gouverner": "la démocratie représentative, ce n'est pas se défausser dès que l'on ne maîtrise plus rien, c'est assumer son rôle de représentant du peuple".

"C'est humiliant pour la représentation nationale", a estimé M. Ciotti. Le patron des députés LR Damien Abad a lui appelé à "un nouveau débat" parlementaire sur la politique de vaccination, "avec un vote, cette fois-ci".

Pour la vice-présidente LR de l'Assemblée nationale Annie Genevard, "nous avons moins besoin d'un comité Théodule, fût-il composé de citoyens, que de l'organisation rapide et efficace de la vaccination de tous ceux qui le souhaitent".

ggy-cg/jk/dlm