L'enquête sur les journalistes russes tués en Centrafrique en 2018 au point mort

S'achemine-t-on vers un enterrement de l'enquête sur le meurtre de trois journalistes russes en Centrafrique il y a plus d'un an et demi ? Le n° 2 du Comité d'enquête de la Fédération de Russie a annoncé en début de semaine au journal russe Kommersant les conclusions provisoires de son enquête sur ce triple meurtre commis dans la nuit du 30 au 31 juillet 2018. Tout comme le gouvernement centrafricain, il parle d'un « crime crapuleux commis par des inconnus armés ».

Le vice-président du Comité d'enquête russe, un organisme d'enquête qui dépend directement du président Vladimir Poutine, est formel : les trois journalistes ont été tués pour un motif purement « crapuleux ».

Ils auraient refusé de remettre de leur plein gré « leurs effets personnels et leur matériel » à un groupe d'hommes armés non identifiés, qui les ont tout simplement fusillés.

C'est pratiquement mot pour mot les conclusions rendues publiques par le gouvernement centrafricain en août 2018, une version diamétralement opposée à l'enquête très fouillée du Centre de gestion des investigations.

C'est cette même organisation financée par l'opposant russe en exil Mikhaïl Khodorkovski qui avait dépêché les trois journalistes en Centrafrique pour y enquêter sur de possibles activités de mercenariat de l'entreprise russe Wagner, qui appartient à un proche du président russe.

Selon le Centre de gestion des investigations qui s'appuie sur un procès-verbal de la gendarmerie centrafricaine, les victimes ont été la cible de tueurs professionnels qui les pistaient, deux jours à peine après leur arrivée dans ce pays.

Le gouvernement centrafricain qui n'a jamais contesté l'authenticité de ce document s'est refusé à tout commentaire.

Enfin, cette version peine également à convaincre Reporter sans frontières, qui appelle à « une enquête internationale indépendante », notamment pour la soustraire à l'influence russe en Centrafrique.