L'enquête indépendante sur la mort d'Elijah McClain après son arrestation accable la police

·2 min de lecture

Une enquête indépendante réalisée suite à la mort du jeune Elijah McClain, décédé après son arrestation aux Etats-Unis, montre de nombreux dysfonctionnements de la part des policiers.

Les résultats de l’enquête indépendante étaient très attendus. Ouverte après la mort d’Elijah McClain, décédé après son arrestation en 2019, elle a révélé une série de dysfonctionnement de la part des policiers. D’après le «Denver Post», le rapport affirme que les agents qui sont intervenus n’avaient aucune raison de détenir le jeune homme de 23 ans au moment des faits, et encore moins de motif pour le fouiller ou l’immobiliser. Qualifiant cette arrestation de «douteuse», le rapport indique que les agents n'ont jamais déclaré quel crime Elijah McClain avait commis ou quel crime ils pensaient qu'il était sur le point de commettre.

Elijah McClain se trouvait sur un parking d’un supermarché d’Aurora, dans le Colorado, lorsque la police l’a interpellé après avoir reçu un appel à propos d’une «personne suspecte» portant une cagoule de ski et agitant ses mains. Elijah McClain n’était pourtant ni armé, ni en train de commettre aucun délit. Les trois policiers ont malgré tout décidé de le confronter, et, voyant qu’il résistait, ont tenté de l’interpeller. Une arrestation fatale. Au total, le jeune homme a été retenu au sol durant 15 minutes par les officiers. Il a été victime d’une crise cardiaque sur le chemin de l’hôpital et s’est éteint quelques jours plus tard, après avoir été déclaré en état de mort cérébrale. La sœur d’Elijah McClain avait raconté après la mort de son frère que celui-ci portait souvent une cagoule de ski parce qu’il souffrait «d’anémie et pouvait prendre froid», et que ses mouvements de bras venaient simplement du fait qu’il était en train d’écouter de la musique à ce moment-là. Elle avait rappelé que le jeune passionné de violon n’était pas armé au moment de son arrestation et qu’il ne faisait que(...)


Lire la suite sur Paris Match