"L'enjeu pour l'exécutif est de réinventer l'image du président" : un "nouveau Macron" entre en scène dans son "acte II"

franceinfo

"La crise des gilets jaunes a été d'une certaine manière très bonne pour moi. Parce que cela m'a rappelé qui je devais être." Cette phrase d'Emmanuel Macron, recueillie par le magazine américain Time, dans un entretien paru le 19 septembre, synthétise et symbolise bien le message que le président français souhaite transmettre au moment de la mobilisation sociale massive du 5 décembre.

Soit, celui d'un acte II où le président se présente comme "transformé" par la crise, empathique, à la fois "à l'écoute" des Français, mais déterminé à assumer le "changement" voulu par ceux qui l'ont élu en 2017, affirme-t-il au magazine américain.

J'ai probablement donné l'impression que je voulais réformer contre le peuple. Et parfois mon impatience a été ressentie comme une impatience vis-à-vis des Français. Ce n'est pas le cas. […] Maintenant, je pense que je dois prendre plus de temps à expliquer où nous sommes et ce que nous voulons faire exactement.

Emmanuel Macron

au magazine "Time"

Cette déclaration qui se veut réflexive est une manière pour Emmanuel Macron de retourner en argument rhétorique positif l'analyse des raisons pour lesquelles une partie du pays est rentrée en révolte. L'argument contient néanmoins une allusion clairement prospective vis-à-vis de la réforme des retraites et de la mobilisation sociale annoncée. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi