L'engagement européen de Macron très "positif", selon le ministre allemand des Affaires européennes

La France doit accélérer les réformes pour régler les problèmes économiques et sociaux grandissants qui alimentent le nationalisme, le populisme et la montée de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen dans les intentions de vote à l'élection présidentielle, a dit mardi le ministre allemand des Affaires européennes, Michael Roth (photo). /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid

BERLIN (Reuters) - La France doit accélérer les réformes pour régler les problèmes économiques et sociaux grandissants qui alimentent le nationalisme, le populisme et la montée de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen dans les intentions de vote à l'élection présidentielle, a dit mardi le ministre allemand des Affaires européennes.

Au micro de la radio SWR2, Michael Roth a qualifié de "remarquablement positif" Emmanuel Macron, et son soutien sans faille au projet européen.

Le candidat d'en Marche!, au coude-à-coude avec Marine Le Pen dans les sondages pour le premier tour de l'élection présidentielle le 23 avril et qui battrait nettement la présidente du Front national s'il l'affrontait au second, a été jugé comme le plus convaincant à l'issue du premier débat télévisé entre les principaux prétendants à l'élection présidentielle, lundi soir, selon un sondage Elabe pour BFM TV.

Roth a dit que le quinquennat de François Hollande avait été marqué par le lancement de réformes indispensables mais que beaucoup reste à faire pour enrayer la montée du Front national.

"Nous sommes très intéressés de voir que notre partenaire le plus étroit au sein de l'Union européenne revienne à la stabilité politique, culturelle, sociale et économique", a déclaré le ministre social-démocrate. "Le progrès vers le renouveau et le changement doit être fortement accéléré."

L'Union européenne doit aussi examiner avec prudence les conséquences potentielles de ses politiques, y compris les règles strictes concernant les déficits et la dette publics.

"Nous devons avoir à l'esprit le coût politique. Si, en fin de compte, une politique européenne, dont nous sommes aussi responsables, propulse Marine Le Pen à la présidence (de la République française), je ne pense pas que nous devrions la soutenir", a dit Roth.

Depuis la nomination de Martin Schulz comme candidat à la chancellerie, le Parti social-démocrate allemand fait jeu égal dans les intentions de vote pour les élections législatives de septembre prochain avec les conservateurs de la chancelière Angela Merkel.

Roth s'est dit rassuré par les résultats des élections législatives néerlandaises de la semaine dernière marqués par le revers du Parti pour la liberté (PVV), eurosceptique et islamophobe de Geert Wilders. Il a dit espérer que ce résultat serait de bon augure pour les élections françaises.

"L'Europe a été, est et sera une assurance-vie pour nous en temps de crise et je suis convaincu qu'en fin de compte les citoyens français verront cela de la même manière que de larges majorités l'ont fait aux Pays-Bas et en Allemagne."

(Andrea Shalal, Marc Joanny pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages