L'endettement des ménages au plus haut en Russie

L'effet des sanctions se voit encore assez peu concrètement en Russie, mais les nuages sur l’économie russe s’accumulent déjà. L'endettement des ménages a atteint un maximum historique au premier trimestre de cette année, soit 10,6% du revenu disponible de la population, contre 10,2% à la même période en 2021. Les défauts de paiement des crédits à la consommation ont aussi légèrement augmenté au printemps.

Avec notre correspondante à Moscou, Anissa El Jabri

500 000, 800 000 roubles, soit jusqu'à 20 fois le salaire moyen, c'est le prix d'une voiture neuve en Russie. La promesse d'un très beau véhicule pour lequel des Moscovites de la classe moyenne supérieure sont prêts à s'endetter. Mais pour tous les prêts à la consommation souscrits, désormais les échéances de remboursement prennent des allures menaçantes.

Surtout pour Olga, 33 ans, un enfant à charge, une pension alimentaire qui se dérobe et un travail dans un secteur soumis à pression depuis la mise en place des sanctions : « Je travaille dans le secteur de la logistique, dans l'industrie ferroviaire. Évidemment, l'atmosphère est un peu inquiétante, car nous rencontrons certaines difficultés liées aux événements qui se déroulent dans le monde et je suis plutôt pessimiste sur la suite, parce que je vois bien dans quelle direction va le marché. Et cela affectera aussi mes revenus. Mon salaire se compose d'un salaire de base et d'un bonus. Le bonus dépend des objectifs fixés. Et donc, ces derniers temps, mon revenu a baissé. Jusqu’ici, c'est en moyenne entre 20% et 30 % de moins par mois. Je ne sais pas bien ce qui va se passer ensuite, mais j'espère que mon salaire ne va pas encore diminuer. »

Limiter les dépenses


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles