L'ENA, supprimée par Macron, va être remplacée par l'Institut du service public

Agathe Lambret et Jeanne Bulant
·1 min de lecture
Logo de l'ENA. - PATRICK HERTZOG © 2019 AFP
Logo de l'ENA. - PATRICK HERTZOG © 2019 AFP

L'École nationale d'administration (ENA), supprimée par Emmanuel Macron, va être remplacée par l'Institut du service public, a-t-on appris de l'exécutif ce jeudi. Une école déjà qualifiée d'"école de guerre de la haute fonction publique civile" par le chef de l'État.

Selon nos informations, l'idée est de créer un nouvel établissement public, ouvert sur l’université et sur l’international, désormais appelé "Institut du service public". Sa mission sera de recruter les futurs fonctionnaires d’état et de les former tout au long de la vie.

Disparition de l'accès direct au Grand corps de l'État

Le classement à la sortie de l'école demeure, mais l'accès direct aux grands corps de l'État devrait disparaître. Le président souhaite mettre fin à cet accès direct aux insitutions comme le Conseil d’état, la Cour des Comptes etc. Les élèves seront désormais affectés dans un corps unique: le corps des administrateurs de l’état, dont le périmètre sera élargi. Désormais, la question de la titularisation des fonctionnaires dans les corps juridictionnels que sont le Conseil d'Etat et la Cour des comptes se posera après plusieurs années d'exercice sur le terrain et sur des missions opérationnelles, précise l'exécutif. En effet, Emmanuel Macron se dit convaincu qu'"on ne peut pas juger, on ne peut pas contrôler avant d'avoir exercé soi-même sur le terrain", "avant d'avoir une expérience personnelle de l'encadrement, une expérience personnelle, des difficultés que l'on peut rencontrer et des opportunités qu'il faut saisir dans le sens de l'intérêt général".

Article original publié sur BFMTV.com