L'EMA étudie le lien éventuel entre le vaccin de J&J et le syndrome de Guillain-Barré après une mise en garde aux Etats-Unis

·2 min de lecture
L'EMA ÉTUDIE LE LIEN ÉVENTUEL ENTRE LE VACCIN DE J&J ET LE SYNDROME DE GUILLAIN-BARRÉ APRÈS UNE MISE EN GARDE AUX ETATS-UNIS

ZURICH (Reuters) - L'Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi qu'elle analysait les données relatives à des rares cas de syndromes de Guillain-Barré chez des personnes ayant reçu le vaccin contre le COVID-19 de Johnson & Johnson (J&J) après un avertissement des autorités américaines.

Le "comité de sécurité de l'EMA analyse les données fournies par [Johnson & Johnson] (...) sur les cas de syndrome de Guillain-Barré signalés à la suite d'une vaccination", a déclaré l'agence européenne. "Le comité a demandé à [Johnson & Johnson] de fournir des données plus détaillées".

L'autorité américaine des médicaments (FDA) a ajouté lundi un avertissement concernant le syndrome de Guillain-Barré à la notice d'information du vaccin de J&J.

Selon la FDA, sur 100 personnes ayant développé le syndrome, 95 ont dû être hospitalisées et un mort a été signalé.

Près de 12,8 millions de personnes ont reçu le vaccin à dose unique de J&J aux Etats-Unis et 18,6 millions de doses ont été livrées dans les pays de l'Union européenne, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

L'EMA a déclaré que son examen faisait partie des évaluations régulières sur la sécurité des vaccins de J&J et n'a pas donné de détail sur d'éventuel cas survenu en Europe.

L'autorité britannique des médicaments a indiqué de son côté mardi qu'elle examinait également des cas de Guillain-Barré chez des personnes vaccinées et qu'à l'heure actuelle, il n'était pas possible d'établir un lien de cause à effet.

L'EMA avait annoncé en mai examiner des informations faisant état de l'apparition du syndrome sur des sujets vaccinés à l'AstraZeneca.

Selon l'OMS, le syndrome de Guillain-Barré se manifeste lorsque "le système immunitaire du patient attaque une partie du système nerveux périphérique". La plupart des cas apparaissent à la suite d'une infection bactérienne ou virale.

(Reportage John Miller à Zurich, Ludwig Burger à Francfort et Alistair Smout à Londres, version française Laetitia Volga, édité par Sophie Louet)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles