L'Egypte amende légèrement son projet de loi antiterroriste

Attenat à la voiture piégée qui a coûté la vie au procureur général d'Egypte. Le gouvernement égyptien a amendé l'article de son projet de loi antiterroriste qui menaçait de deux ans de prison les journalistes qui contrediraient la version officielle dans les affaires de terrorisme, pour remplacer cette peine par une amende, /Photo prise le 29 juin 2015/REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

LE CAIRE (Reuters) - Le gouvernement égyptien a amendé l'article de son projet de loi antiterroriste qui menaçait de deux ans de prison les journalistes qui contrediraient la version officielle dans les affaires de terrorisme, pour remplacer cette peine par une amende, rapporte jeudi l'agence de presse officielle. Ce texte, dévoilé après la mort du procureur général d'Egypte dans un attentat à la voiture piégée au Caire et une série d'attaques meurtrières contre les forces de sécurité dans le Sinaï, a été présenté mercredi par Amnesty International comme un "coup mortel porté aux droits de l'homme en Egypte" s'il devait être adopté en l'état. L'article 33 prévoyait que les journalistes contredisant la version des autorités en cas d'attentat s'exposeraient à une peine de deux ans de prison. Cet article a été amendé, a déclaré le porte-parole du gouvernement à l'agence Mena, précisant que la peine de prison avait été remplacée par une amende de 200.000 à 500.000 livres égyptiennes (environ 23.500 à 58.500 euros). (Eric Knecht, Tangi Salaün pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles