Législatives : Nathalie Kosciusko-Morizet fait un malaise après avoir été malmenée par un passant

Nathalie Kosciusko-Morizet – Reuters

Nathalie Kosciusko-Morizet a fait un malaise ce jeudi matin après une altercation avec un passant. Une enquête a été ouverte pour “violences volontaires”. Son adversaire REM dans la seconde circonscription de Paris a annoncé suspendre sa campagne.

Coup dur pour Nathalie Kosciusko-Morizet, engagée dans une campagne difficile à Paris : la candidate LR a fait un malaise ce jeudi matin. Alors qu’elle se trouvait sur un marché, place Maubert, dans le Ve arrondissement.


“Bobo de merde”

Selon le récit du journaliste de l’AFP présent sur place, un homme d’une cinquantaine d’année lui a pris des tracts qu’elle distribuait avant de lui envoyer au visage en la traitant de “bobo de merde”. Cherchant à se protéger de la main, déséquilibrée, la candidate a chuté sur le sol.

Une perte de connaissance de plusieurs minutes

NKM a perdu connaissance pendant plusieurs minutes. Lorsqu’elle est revenue à elle, la candidate se tenait la tête dans les mains. Elle a été conduite à l’hôpital Cochin par les pompiers intervenus sur place. L’homme qui l’a insultée est parti en courant vers le métro, criant : “C’est votre faute si on a Hidalgo aujourd’hui comme maire” à Paris et “Retournez dans l’Essonne !”, dont NKM est députée actuellement.

Une enquête ouverte pour “violences volontaires”

Rapidement, les témoignages de soutien à la candidate se sont multipliées. Le Premier ministre, Edouard Philippe est allé rendre visite à NKM à l’hôpital Cochin.
Sur le plan judiciaire, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour “violences volontaires”. Le suspect n’a pas encore été interpellé.

Une campagne très difficile pour la candidate LR

NKM est en grande difficultés dans la 2e circonscription de Paris pour les législatives. Elle n’a recueilli que 18,13% des suffrages au premier tour, bien loin derrière les 41,81% du candidat La République est en Marche, Gilles Legendre. NKM est donc à deux doigts de la défaite dans cette circonscription jugée “imperdable pour la droite. A noter que la candidature de NKM affrontait aussi des candidatures dissidentes à droite, celle d’Henri Guaino et de Jean-Yves Lecoq, le maire du VIe arrondissement.

Pas de plan B pour NKM

S’autodécrivant comme une “battante”, NKM a aussi confié peu avant le second tour, sur LCI, qu’elle n’avait pas de “plan B” en cas de défaite dimanche.

Son adversaire suspend sa campagne

Gilles Le Gendre, l’opposant de Nathalie Kosciusko-Morizet dans la 2e circonscription de Paris, a annoncé jeudi la suspension de sa campagne pour les législatives après l’agression dans la matinée de la candidate LR par un passant.

“Je condamne à nouveau fermement l’agression dont a été victime NKM et je suspends ma campagne électorale”, a indiqué le candidat de La République en marche sur Twitter.


LIRE AUSSI : 

Législatives : l’hécatombe des figures du Parti socialiste

Législatives : qui sont les personnalités éliminées dès le premier tour ? 

Législatives : les personnalités en ballottage