Législatives : Marine Le Pen dissoudra l'Assemblée si elle n'a pas de majorité

AFP PHOTO / Thomas SAMSON
AFP PHOTO / Thomas SAMSON

La présidentielle n’est pas encore terminée, que déjà les yeux se tournent vers le mois de juin et les élections législatives. Le vainqueur de dimanche prochain aura sans doute des difficultés à disposer d’une majorité au palais Bourbon.

D’après une information du “Canard enchaîné”, la candidate à l’Élysée voudrait “changer la loi électorale par un référendum” puis dissoudre l’Assemblée nationale si elle était élue dimanche.

Dans son édition du mercredi 3 mai, le journal cite Gilles Lebreton, eurodéputé FN et membre du conseil stratégique de Marine Le Pen : “Si la nouvelle Assemblée nous est hostile, nous changerons la loi électorale par un référendum organisé dès l’été prochain, puis la Présidente dissoudra l’Assemblée…” dit-il.

Si cohabitation il y a, celle-ci sera donc réduite au minimum, le temps pour Marine Le Pen d’organiser un référendum permettant de modifier la loi électorale et d’instaurer la “proportionnelle intégrale”, proposition qui figure parmi les “144 engagements présidentiels” de la candidate et aurait cours à toutes les élections.
Elle garantirait en outre “une prime majoritaire de 30 % des sièges pour la liste arrivée en tête et un seuil de 5% des suffrages pour obtenir des élus”, selon le programme du parti d’extrême droite.

Lire aussi
Présidentielle : Macron – Le Pen, l’heure décisive du débat

Ce contenu peut également vous intéresser


Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles