• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Législatives - Jean-Michel Aphatie : "Sans une majorité franche à l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron ne peut pas gouverner"

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Au lendemain d’un scrutin législatif historique, le journaliste politique Jean-Michel Aphatie tire les leçons des résultats électoraux pour Yahoo.

Percée historique du Rassemblement national, claque pour le président, résistance de la droite... Le second tour des élections législatives a réservé bien des surprises. Le journaliste Jean-Michel Aphatie, expert de la vie politique française, revient sur les principaux enseignements de ce scrutin, qui affaiblit le président Emmanuel Macron et le patron de la coalition de gauche Jean-Luc Mélenchon, tandis que Marine Le Pen semble la seule à tirer son épingle du jeu.

"Marine Le Pen est la grande gagnante de ces élections"

Le RN enregistre des résultats "inattendus et spectaculaires", raflant 89 sièges, un record pour le parti. Ce score permet au parti de Marine Le Pen de sortir très renforcé, et ce malgré "une mauvaise campagne", rappelle Jean-Michel Aphatie.

"Marine Le Pen est la grande gagnante de ces élections législatives. Elle retrouve sa place de vraie opposante à Emmanuel Macron", ajoute-t-il.

"Jean-Luc Mélenchon doit s’inventer un autre destin"

La patronne du RN avait en effet été quelque peu éclipsée par la gauche durant la campagne. "La coalition de la Nupes (Nouvelle union populaire écologique et sociale) a créé la mise en scène d’une confrontation entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron", et a suscité une "émulsion médiatique", analyse Jean-Michel Aphatie. À l'arrivée, "la Nupes échoue assez largement", n'obtenant que 131 sièges, loin derrière les 289 espérés (la majorité absolue) pour contraindre le président à une cohabitation et propulser Jean-Luc Mélenchon à Matignon.

Autre souci pour la gauche, cette alliance électorale "ne va pas durer", prévient Jean-Michel Aphatie. "Chaque parti aura un groupe autonome. Et il y a entre eux tellement de différences, que maintenant que l’échec est là, Jean-Luc Mélenchon doit s’inventer un autre destin". Le patron de la France insoumise a en effet reçu un accueil froid de ses alliés ce lundi, après avoir proposé un groupe unique au Palais-Bourbon, rassemblant socialistes, communistes, insoumis et écologistes.

"Le plus difficile commence pour Emmanuel Macron"

Autre douche froide pour la coalition présidentielle. Elle perd une centaine de députés, n'obtenant que 245 sièges, et perdant au passage la majorité absolue (289 sièges). "Le plus difficile commence pour Emmanuel Macron", note Jean-Michel Aphatie. Sans majorité absolue, il ne pourra pas faire adopter facilement ses réformes. "Nous sommes devant la paralysie de l’exécutif", constate le journaliste politique. "Comment en sortir ? Personne n’en sait rien car il n’y a pas de précédent depuis 1958". Et il estime qu'il est encore trop tôt pour dissoudre l’Assemblée nationale et convoquer de nouvelles élections.

En revanche, dans l’immédiat, la Première ministre devrait changer. "Elisabeth Borne doit prendre pour elle l’échec de la majorité", estime Jean-Michel Aphatie. Si Emmanuel Macron ne change pas la locataire de Matignon, "ce serait comme s’il disait aux Français : "Votez ce que vous voulez, ça m’est égal".

VIDÉO - Législatives françaises : vers un pays ingouvernable ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles