Législatives : ce que l'on sait des principaux candidats

·7 min de lecture
Taha Bouhafs, pressenti pour être candidat aux élections législatives dans le Rhône (Photo by JOEL SAGET / AFP) (AFP)

Les candidats doivent déposer leur candidature en préfecture entre le 16 et le 20 mai à 18 heures pour le premier tour du scrutin prévu le 12 juin.

Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen les appellent le "troisième tour". À peine la présidentielle achevée que les partis ont déjà les yeux rivés vers les élections législatives des 12 et 19 juin prochain. À gauche, Jean-Luc Mélenchon espère trouver un accord avec EELV, le PCF, le NPA voire le PS pour ne présenter qu'une seule liste.

À LIRE AUSSI >> Législatives : les alliances de gauche et de droite peuvent-elles faire trembler la Macronie ?

À l'extrême droite, Éric Zemmour appelle à faire alliance avec le Rassemblement national, Debout La France et "ceux des Républicains qui ne veulent plus d’Emmanuel Macron" pour eux aussi présenter un candidat commun.

En attendant les candidatures définitives qui seront connues le 20 mai, plusieurs noms de candidats sont déjà évoqués. Avec le jeu des potentielles alliances, aucune candidature n'est définitive avant le 20 mai.

Les anciens candidats à la présidentielle

Parmi les battus du premier tour de la présidentielle, plusieurs vont tenter d'être réélus à l'Assemblée nationale.

  • Marine Le Pen

Battue avec 41,46% des voix au second tour, elle a conclu sa prisse de parole en assurant que "jamais (elle) n’abandonnera(i) les Français". Députée du Pas-de-Calais, elle devrait être candidate à sa réélection. Elle avait été élue avec 58,60% des voix en 2017.

  • Éric Zemmour

Arrivé quatrième du premier tour avec 7,07% des voix, l'ancien polémiste était interrogé sur France 2, avant le premier tour, sur son avenir en cas de défaite : "Je serai candidat...mais je serai au second tour et je serai élu". Reprenant cette phrase de volée, la journaliste Léa Salamé reprend : "Vous dites 'je serai candidat aux législatives' ? "Je n'abandonnerai pas les gens qui m'ont fait confiance", conclut Eric Zemmour, dans une réponse plus que floue. Aucun détail n'a été fourni sur la circonscription dans laquelle le polémiste pourrait se présenter.

À LIRE AUSSI >> Qu'est-ce que la cohabitation et comment cela fonctionne ?

  • Jean Lassalle

Le candidat de Résistons!, qui a enregistré son meilleur score à la présidentielle avec 3,13% des voix, sera candidat aux législatives de juin et briguera un cinquième mandat consécutif de député des Pyrénées-Atlantiques. Il avait été réélu avec 52,79% des voix contre un député LREM en 2017.

  • Sandrine Rousseau

Battue à la primaire écologiste puis exclue de la campagne de Yannick Jadot pour des critiques très dures envers le candidat écologiste, Sandrine Rousseau sera candidate aux législatives dans la 9e circonscription de Paris. Un parachutage qui fait des remous en interne chez EELV.

Le député sortant est Buon Tan, issu de la majorité présidentielle qui l'avait emporté avec 55% des voix face au candidat LFI.

Jean-Luc Mélenchon, qui veut "être élu Premier ministre", décidera cette semaine s'il est candidat à sa réélection dans les Bouches-du-Rhône. Fabien Roussel, député du Nord et qui a appelé à un accord avec les Insoumis, n'a pas annoncé officiellement s'il était candidat à sa réélection.

Les candidats de la société civile

  • Taha Bouhafs

L'une des candidatures les plus commentées est celle proposée par l'Union populaire dans la 14e circonscription du Rhône. Le journaliste et militant Taha Bouhafs affirme au Progrès que "toutes les conditions sont réunies, pour l’instant, pour que je sois candidat" mais qu'"il y a des consignes internes au niveau national, que je dois respecter, avant les investitures officielles" en réaction aux informations de plusieurs médias révélant sa candidature. Une circonscription remportée en 2017 par l'ancien socialiste Yves Blein, élu sous l'étiquette LREM.

Journaliste au Média, Taha Bouhafs s'est révélé en filmant les agissements d'Alexandre Benalla lors d'une des manifestations du 1er mai à Paris en 2018. II avait déjà tenté l'aventure des législatives un an plus tôt, en 2017. Candidat dans la 2e circonscription de l'Isère sous la bannière LFI, il avait terminé troisième au premier tour avec 5,05% des voix des électeurs inscrits. Pour rappel, il faut 12,5% des voix des électeurs inscrits pour se qualifier au second tour des législatives.

  • Gérald Dahan

L'humoriste et imitateur âgé de 48 ans tentera sa chance dès le 12 juin sur la 3e circonscription de Charente-Maritime pour l'Union populaire de Jean-Luc Mélenchon. Une circonscription remportée en 2017 par un candidat de la majorité.

Lui non plus n'en est pas à sa première tentative. En 2017 toujours sous la bannière LFI, il avait échoué dès le premier tour dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine. L'humoriste Gérald Dahan était arrivé troisième avec 8,3% des voix, derrière le candidat de l'UDI, Jérémy Coste, second avec 20,58% et Gabriel Attal (44%), actuel porte-parole du gouvernement.

  • Laurent Baffie

Autre artiste à tenter d'être élu député, l'humoriste sera candidat dans la 3e circonscription de Paris, sous l'étiquette du Parti animaliste, une première pour lui. Objectif, "mettre (s)a notoriété au service du parti animaliste et lui donner une meilleure visibilité. C’est ma façon de lui apporter mon soutien" explique-t-il dans un communiqué. Une circonscription remportée par la socialiste Annick Lepetit en 2017.

La candidate du parti animaliste à l'élection présidentielle, Hélène Thouy, avait échoué à récolter les 500 signatures d'élus, ne récoltant que 139 parrainages.

Des candidats issus des mouvements de lutte ?

Selon le journaliste de Libération Rachid Laireche, le parti de Jean-Luc Mélenchon souhaiterait investir des visages issus des luttes du quinquennat précédent. Ainsi, Alma Dufour, militante écologiste des Amis de la Terre qui a rejoint l'Union populaire, pourrait être investie, tout comme Rachel Kéké, gouvernante de l’hôtel Ibis Batignolles en grève durant 22 mois. Leurs revendications : la baisse des cadences et "l’internalisation" de leur emploi. Après avoir reçu le soutien de plusieurs députés Insoumis, elles sont eu gain de cause en mai 2021.

Les politiques

Plusieurs figures politiques de premier plan vont également porter leur candidature lors des élections législatives.

  • Gabriel Amard, gendre de Jean-Luc Mélenchon

Selon La Tribune de Lyon, le conseiller régional d'Auvergne-Rhône-Alpes Gabriel Amard, accessoirement gendre de Jean-Luc Mélenchon, pourrait être candidat aux législatives dans la 6e circonscription du Rhône, celle de Villeurbanne.

La 6e circonscription du Rhône a été remportée en 2017 par Bruno Bonnell, élu sous l'étiquette LREM face à la socialiste Najat Vallaud-Belkacem. Le candidat insoumis, Laurent Legendre, avait terminé troisième au premier tour.

  • François Ruffin

Le député LFI de la Somme, notamment connu pour ses coups de gueule à l'Assemblée, sera candidat à sa réélection, a-t-il annoncé.

En 2017, il avait été élu avec près de 56% des voix face au candidat de la majorité. François Ruffin s'est notamment distingué en se revendiquant "député smicard", reversant le reste de son indemnité parlementaires à des œuvres.

  • Laurent Pietraszewski

Le secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé au travail Laurent Pietraszewski, ancien cadre du groupe Auchan, sera candidat dans le Nord, a-t-il annoncé sur BFM Grand Lille. En 2017, il a été élu dans la 11e circonscription du Nord.

Durant le premier mandat d'Emmanuel Macron, il a été en charge de la réforme des retraites, suspendue par la pandémie de Covid. En 2021, il dirige la liste LREM aux élections régionales de 2021 dans les Hauts-de-France, éliminée au premier tour avec 9,1%. Selon France Info, Emmanuel Macron va arbitrer lui-même la liste des candidats de son parti pour les élections législatives.

VIDÉO - Jean-Michel Aphatie : "Emmanuel Macron a eu l’occasion de dire, pendant la campagne, qu’il allait se réinventer. Tout ça, pardon, ressemble à des foutaises"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles