L'effondrement de l'Antarctique n'est pas "inévitable", selon cette étude

Andrew Peacock

L'un des nombreux problèmes avec le réchauffement climatique, c'est que les glaciers fondent de plus en plus tôt et de plus en plus vite, jusqu'à trois fois plus rapidement qu'avant selon WWF. Les glaciers et calottes polaires pourraient ainsi connaître des "points de bascule", au-delà desquels les conséquences du réchauffement climatique seront irréversibles, à la fois pour l'espèce humaine et la biodiversité. En septembre dernier, une étude scientifique alertait sur la fonte du glacier Thwaites, en Antarctique. Baptisé "le glacier de l'apocalypse", sa disparition totale provoquerait une montée des eaux sans précédent qui modifierait les continents. Mais dans une certaine mesure, rien n'est encore joué et leur sort est encore entre nos mains. En effet, l’effondrement de la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental n’est pas "inévitable", ont conclu des chercheurs dans une nouvelle étude publiée lundi dans Nature Communications.

L'effondrement de la calotte glaciaire en Antarctique occidental est-il irréversible ? Si certains scientifiques le craignent, indépendamment de l'évolution future du climat, d'autres se montrent plus nuancés. Une équipe de chercheurs aux États-Unis et au Royaume-Uni ont observé l’évolution de l’Antarctique occidental, qui abrite des glaciers géants très instables et contient assez de glace pour augmenter le niveau des mers de 3,3 mètres. D'après leurs relevés satellites, le rythme du recul de la calotte glaciaire a ralenti dans une région vulnérable (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le plus grand gisement de terres rares d'Europe a été découvert en Suède
En Atlantique, les plages sont recouvertes de granulés de plastique
Climat : les océans battent à nouveau des records de températures en 2022
Même s'il disparaissait en 2025, le plastique continuerait de polluer la Terre pendant des milliers d'années
La couche d’ozone pourrait pour se rétablir d’ici 40 ans, selon l’ONU