L'effondrement d'un glacier a fait plusieurs morts et des centaines de disparus dans le nord de l'Inde

Emma Hollen, Journaliste scientifique
·1 min de lecture

Le 7 février dernier, une vidange brutale d’un lac glaciaire a provoqué des inondations massives dans la région de l’Uttarakhand. Les trombes d’eau libérées dans la vallée ont transformé les rivières Rishiganga et Dhauliganga en monstres rugissants, emportant avec elles des habitations, un barrage, un pont, deux centrales hydroélectriques, et les employés qui y travaillaient. Déjà 19 morts et plus de 200 personnes portées disparues sont à déplorer, néanmoins, on ignore encore combien de personnes pourront être extraites des tunnels où elles se sont retrouvées bloquées.

Climat ou mines : la faute reste humaine

La catastrophe a été provoquée par la rupture du Nanda Devi, le deuxième glacier le plus élevé en Inde. Victime d’un hiver peu neigeux, certains experts pensent que la glace aurait été fragilisée au point de rompre. Ainsi que l’exprime Anjal Prakash, qui a participé aux recherches de l’ONU sur le climat : « Cela ressemble fortement à une manifestation du changement climatique, alors que les glaciers fondent sous la pression du réchauffement. » Pour autant, Chetan Chauhun ne manque pas de souligner pour le journal Hindustan Times que les activités minières du district ont drastiquement fragilisé l’écologie locale, causant déjà la disparition de milliers de personnes en 2013. Dans un cas comme dans l’autre, les causes au problème sont humaines, et le solutions devront l’être tout autant.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura