L'efficacité des vaccins Pfizer et Moderna tombe à 66% contre le variant Delta, mais continue à éviter les hospitalisations

·2 min de lecture

La protection des vaccins à ARNm contre toutes les infections de Covid-19 est passée de 91% à 66% face au variant Delta, d'après les autorités américaines. Pout autant, cette protection reste conséquente, et les non vaccinés ont 29 fois plus de chances d'être hospitalisés.

L'efficacité des vaccins de Pfizer et Moderna contre l'infection au Covid-19 a baissé de 91% à 66% depuis que le variant Delta est devenu dominant aux Etats-Unis, selon des données publiées mardi 24 août 2021 par les . Ces chiffres concernent toutes les infections, quelle qu'en soit la gravité : les non vaccinés ont toujours 29 fois plus de chances d'être hospitalisés que les vaccinés.

Les vaccins à ARNm protègent contre les infections à 66%, contre 91% avant Delta

Ces données proviennent d'une étude menée sur des milliers d'employés de centres de soins et d'hôpitaux dans six Etats, afin d'examiner les performances des vaccins en conditions réelles. Les participants sont testés chaque semaine pour détecter à la fois les infections symptomatiques mais aussi asymptomatiques. La quasi totalité du personnel de santé vacciné a reçu les produits de Pfizer ou de Moderna.

Entre décembre 2020 et avril 2021, l'efficacité des vaccins pour empêcher l'infection était de 91%, selon ces données publiées par les Centres de lutte et de prévention des maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays. Mais sur les semaines où le variant Delta est devenu dominant, c'est-à-dire où il était responsable de plus de 50% des cas selon le séquençage, l'efficacité est tombée à 66% sur le nombre total d'infections, quelle que soit leur gravité. Plus précisément, sur 500 non vaccinés, 19 sont tombés malades, dont 95% de symptomatiques. Chez les 2.350 vaccinés, 24 ont attrapé le virus, donc 75% de symptomatiques.

Des chiffres à interpréter avec précautions

Les auteurs de l'étude préviennent toutefois que cette baisse pourrait n'être pas uniquement causée par le variant Delta, mais aussi par une efficacité s'érodant avec le temps passé depuis l'injection, ainsi que par "la faible précision des estimations due au nombre limité de semaines d'observation et au peu d'infections parmi les participants". "Bien que ces données intermédiaires suggèrent une réduction modérée dans l'eff[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles