"Le télétravail n'est pas une option", insiste Élisabeth Borne

Vincent Gibert
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
Élisabeth Borne, ici à Paris le 29 octobre 2020. (Photo: IAN LANGSDON / Getty Images)
Élisabeth Borne, ici à Paris le 29 octobre 2020. (Photo: IAN LANGSDON / Getty Images)

TÉLÉTRAVAIL - Lors de la conférence de presse ce jeudi 29 octobre, pendant laquelle ont été précisé les modalités du nouveau confinement de quatre semaines en France (30 octobre-1er décembre), Elisabeth Borne a pris la parole pour s’exprimer sur le télétravail.

Le télétravail “n’est pas une option” mais “une obligation” pour les travailleurs, salariés ou indépendants qui peuvent exercer leur activité à distance, a indiqué avec fermeté la ministre du Travail. “Cette obligation sera inscrite dans la nouvelle version du protocole national en entreprise”, a-t-elle précisé, détaillant trois cas de figure:

- Un travailleur qui peut effectuer toutes ses tâches en télétravail doit le faire 5 jours sur 5.

- “Ceux qui ne peuvent pas effectuer toutes leurs tâches à distance peuvent se rendre une partie de leur temps sur le lieu de travail, c’est le cas par exemple dans un bureau d’études pour un ingénieur ou un technicien, ou pour un architecte qui a besoin d’équipements spécifiques pour travailler”, indique la ministre. “Toutefois, l’organisation du travail doit permettre de regrouper ces activités pour limiter les déplacements”.

- “Certains métiers ne peuvent être réalisés à distance”, comme dans les commerces restant ouverts, dans le BTP, l’agriculture ou “tous les intervenants à domicile”. Pour ce dernier cas, “il sera nécessaire de disposer d’une attestation de l’employeur”.

La position du gouvernement est montée crescendo sur la question du télétravail durant ce mois d’octobre, avant qu’il ne devienne une “obligation” pour ce reconfinement.

Le 4 octobre, Élisabeth Borne ne faisait que “l’encourager”, alors que Paris et sa petite couronne passaient en zone d’alerte maximale. “J’invite les employeurs et les salariés à recourir autant que possible au télétravail pour ralentir la circulation du virus”, lançait-elle, prudemment.

Le ton avait changé le 16 octobre alors qu’un nouveau protocole à destination des entreprises était mis en ligne. Le ministère demandait aux employeurs de “fixer un nombre minimal de jours de télétravail par semaine, pour les postes qui le permettent”.

Sur LCI le 26 octobre, la ministre du Travail avait assuré que dans les zones où le couvre-feu s’appliquait, “50% des salariés télé-travaillent deux ou trois jours par semaine”.

À voir également sur Le HuffPost: Reconfinement: Castex annonce toutes les dérogations

LIRE AUSSI:

Annonces Castex: les frontières intérieures à l'espace européen ouvertes, les frontières extérieures fermées

Reconfinement: Le Maire présente une mesure pour réduire les loyers des commerçants

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.