Le Qatar accuse les pays qui l'isolent de ne pas vouloir de solution

L'émir du Qatar (photo) a déclaré mardi que les Etats arabes ayant imposé des sanctions à son pays en juin, au motif que Doha soutient le terrorisme, n'étaient pas intéressés par la recherche d'une solution à la crise. /Photo d'archives/REUTERS/Beawiharta

DOHA (Reuters) - L'émir du Qatar a déclaré mardi que les Etats arabes ayant imposé des sanctions à son pays en juin, au motif que Doha soutient le terrorisme, n'étaient pas intéressés par la recherche d'une solution à la crise.

Le cheikh Tamim bin Hamad al Thani, qui s'exprimait devant les membres du Conseil de la choura, une instance consultative, a également accusé les Etats en question (Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Bahreïn et Egypte) de vouloir empêcher son pays d'accueillir la Coupe du monde de football en 2022.

Ils "exercent des pressions et ont publié des rumeurs et des inventions" à ce propos, a-t-il dit.

Les quatre pays ont rompu leurs relations diplomatiques et commerciales avec le Qatar le 5 juin, accusant l'émirat de financer des organisations terroristes et lui reprochant sa proximité avec l'Iran.

Réaffirmant sa disposition au dialogue afin de résoudre la crise, l'émir du Qatar s'est dit prêt à trouver "un compromis dans le cadre d'un dialogue reposant sur le respect mutuel et les engagements respectifs".

Mais, a-t-il ajouté, "nous voyons que les indicateurs en provenance des pays du blocus montrent qu'ils ne veulent pas aboutir à une solution".


(Hadil al Sayegh, Danielle Rouquié et Gilles Trequesser pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages