Ali Rabeh attaqué de toutes parts en marge d'une émission mouvementée sur CNews

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Photo du profil Twitter du maire Génération.s de Trappes (Yvelines) Ali Rabeh (Photo: Capture Twitter)
Photo du profil Twitter du maire Génération.s de Trappes (Yvelines) Ali Rabeh (Photo: Capture Twitter)

POLITIQUE - Un sujet inflammable, un format propice au dérapage et un contexte très tendu. Ce vendredi 12 février, Ali Rabeh, maire Génération.s de Trappes dans les Yvelines, a fait l’objet d’une édition spéciale réalisée sur CNews par Jean-Marc Morandini, spécialement dépêché sur place. L’objet de l’émission: les accusations en séparatisme islamiste dont sa ville fait l’objet, à l’aune du récit fait par Didier Lemaire, professeur de philosophie placé récemment sous protection policière.

L’animateur controversé n’est pas venu seul dans cette commune qui fait l’objet d’une intense polémique ces derniers jours. Étaient également du déplacement le porte-parole du Rassemblement national Laurent Jacobelli, le député LR des Bouches-du-Rhône Éric Diard et sa collègue LREM Claire O’Petit. Et c’est peu dire que l’exercice n’a pas été un parcours de santé pour l’ex-porte-parole de Benoît Hamon. À titre d’exemple, Ali Rabeh a été accusé par Laurent Jacobelli d’avoir organisé une visite sur le modèle du “village de Potemkine”, désignant un trompe-l’œil cachant la réalité à des fins de propagande.

Pour preuve, le fait que le salon de coiffure visité caméras à l’appui aurait été déguisé en salon mixte alors que cet établissement est habituellement réservé aux hommes. Si cela n’a rien de très surprenant pour un barbier, le candidat RN à la région Grand-Est y a décelé la marque de la “duplicité” de l’&...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.