Le #LenaChallenge, l'initiative d'internautes pour répondre au bodyshaming

Lea Nicosia
La photo que Léna a publié sur Twitter.  (Photo: © Lena Situations)

BODYSHAMING - “Il y a trois ans je postais une vidéo: ‘aimer et mettre en avant une petite poitrine’ je pensais que depuis nous avions évolué, il faut croire que non”, a regretté la youtubeuse Léna Situations, Léna Mahfouf dans la vraie vie, après avoir reçu une vague de messages haineux sur Twitter.

La raison de ces insultes? La jeune femme a simplement posté le 18 mai une photo d’elle en robe. Une photo qui lui a valu moqueries et messages d’insultes au sujet de sa poitrine

Ce n’est pas la première fois que la youtubeuse reçoit des remarques sur sa façon de s’habiller et sur son corps. Si elle décide de ne plus faire attention au regard des autres, certains internautes eux, ont refusé de laisser passer.

Ils ont lancé #LenaChallenge. Sur le hashtag, on découvre de nombreuses femmes qui postent à leur tour leurs photos afin de dénoncer les injonctions que subissent les femmes au quotidien concernant leur physique. 

“Aujourd’hui je prends les choses avec du recul, à 15 ans, ce n’était pas la même chose” 

Sur sa chaîne Youtube, la créatrice, qui va fêter ses 23 ans cette année, poste des vlogs, des vidéos-conseils pour se mettre en valeur ou sur des situations de la vie, comme la dernière en date: “Comment arrêter de procrastiner?”. Une présence sur Youtube qui remonte à 2013.

La jeune femme confie s’être malheureusement habituée aux commentaires haineux sur ses réseaux sociaux depuis. “Aujourd’hui je prends les choses avec du recul, à 15 ans, ce n’était pas la même chose”, écrit-elle sur Instagram.

En 2017, Léna avait déjà réalisé une vidéo où elle évoquait sa petite poitrine qui a longtemps été son complexe. Dans sa chambre, elle se filmait en racontant à ses abonnés comment elle est parvenue à se sentir mieux dans sa peau: “Dans les médias, je ne voyais que des femmes qui avaient de grosses poitrines. J’ai longtemps porté des soutiens-gorge push-up avant de réaliser que des filles trop belles aux petits seins, il y en a beaucoup!” 

Elle cite Kendal Jenner, Emma Watson ou encore Vanessa Hudgens et conseille de porter certains types de vêtements pour sublimer sa petite poitrine.

Pour mettre fin aux diktats de la beauté 

Face aux railleries qu’a reçues Léna, des internautes ont commencé à tweeter des photos de leurs corps.

Au départ, il s’agissait de femmes qui dévoilaient leurs petits seins, puis rapidement de nombreuses personnes ont pris part au défi, afin de dénoncer les diktats de beauté présents dans la société.  

“Mon corps, je suis si fière de ce défi, nous sommes tous magnifiques, peu importe comment notre corps est” 

Sous les photos des nombreuses femmes qui ont participé au challenge, des utilisateurs de Twitter ont continué de se moquer. 

“J’ai vu une tonne de commentaires de mecs ultras à l’aise pour venir vous insulter ici. J’espère que vous n’avez pas été blessées par leurs tweets je sais qu’ils peuvent être ultras virulents”, a réagi Léna Situations en découvrant le hashtag du challenge.

“Léna Situations” n’est pas l’unique youtubeuse à avoir dénoncé le bodyshaming dont elle est victime. Si les créateurs de contenus ne sont pas les seuls à y être exposés, ils sont d’autant plus touchés lorsqu’ils postent sur les réseaux sociaux.

Le 1er mai, Marie Lopez (Enjoy Phoenix) avait elle aussi dénoncé la haine à laquelle elle est régulièrement sur les réseaux sociaux: “De quel droit quelqu’un que je ne connais pas se permet de porter un jugement sur mon physique, sur ce que je devrais être ou devenir. Insinuer que je ne suis pas assez bien, que je ne corresponds pas aux critères de la société.” 

Twitter, accusé de ne pas agir face aux contenus haineux

Bien que l’on retrouve ce genre de messages agressifs et insultants sur tous les réseaux sociaux, Twitter s’est déjà fait remarquer plusieurs fois pour ses nombreux contenus haineux. 

Le lundi 11 mai, trois associations de lutte contre les discriminations ont assigné le réseau social devant le tribunal de Paris. Après avoir elles-mêmes réalisé une enquête concernant le contenu haineux sur Twitter, l’UEJF, SOS racisme et SOS homophobie ont constaté qu’il avait augmenté de 43% pendant le confinement. 

L’étude réalisée du 17 mars au 5 mai a révélé que le nombre de contenus racistes a augmenté de 40,5 % (sur la période), celui des contenus antisémites de 20 % et celui des contenus LGBTphobes de 48 %. SOS Racisme avait expliqué agir en référé contre Twitter pour non-respect de son obligation légale de modération.

Léna Situations est donc loin d’être la seule à avoir reçu autant de haine sur Twitter. D’ailleurs, certains artistes ont décidé de quitter définitivement le réseau pour cette raison comme le rappeur Roméo Elvis. 

À voir également sur le Huffpost: Rumeur Willis se montre sous tous les angles pour rassurer ses followers 

LIRE AUSSI

Pendant le confinement, Lizzo veut vous faire aimer une partie de votre corps que vous haïssez

Lana del Rey s'offre une mise au point sur Instagram et ne va pas se faire que des amies

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.