Le Hamas accepte un Etat palestinien limité aux frontières de 1967

Le Hamas palestinien a annoncé lundi soir avoir modifié son programme politique pour la première fois de son histoire.

Dans un document public, l’organisation estime qu’”un Etat palestinien entièrement souverain et indépendant dans les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem pour capitale, (...) est une formule de consensus national“.

En acceptant un Etat limité à la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est, le Hamas endosse les frontières déjà reconnues par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

The official Hamas Political Document (A Document of General Principles and Policies) is now available. https://t.co/txaS53XkXV— Hamas Movement (@HamasInfoEn) 1 mai 2017

Le mouvement islamiste qui contrôle depuis 10 ans la bande de Gaza insiste sur le fait qu’il ne reconnaît pas l’Etat hébreu. Le document évoque “la Palestine, du fleuve Jourdain à la mer Méditerranée“.

Le document qui s’ajoute à la charte originelle de 1988, affirme que le Hamas est “en conflit avec le projet sioniste et non avec les juifs en raison de leur religion“.

Le mouvement considéré comme “terroriste” par les Etats-unis, l’Union européenne et Israël prend ses distances avec les Frères musulmans égyptiens.

pic.twitter.com/SUWd21F7JP— Hamas Movement (@HamasInfoEn) 1 mai 2017

“Le Hamas cherche à soulager la pression internationale à son encontre“, a réagi le porte-parole du Premier ministre israélien David Keyes. “Il cherche à tromper le monde, en affirmant qu’il n’est pas aussi méchant qu’on le pense, mais quand vous regardez ce qu’il dit à son propre peuple, en Arabe, sur ses chaînes de télé, dans ses mosquées, ses écoles, il appelle quotidiennement à la destruction d’Israël.”

Le Hamas doit annoncer dans les prochains jours le nom du successeur du leader actuel Khaled Mechaal. Ismaïl Haniyeh, membre de l’aile pragmatique et conciliante au même titre que Mechaal, est pressenti pour l’emporter.

Cette annonce intervient à 48 heures de la première rencontre entre le président américain Donald Trump et son homologue palestinien Mahmoud Abbas.

Avec AFP

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages