Le gouvernement italien adoptera lundi le projet de budget 2019

Le gouvernement italien compte finaliser lundi son projet de budget pour 2019, soit cinq jours avant la date butoir, a annoncé jeudi un parlementaire de haut rang du Mouvement 5 étoiles (M5S). /Photo d'archives/REUTERS/Stefano Rellandini

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien compte finaliser lundi son projet de budget pour 2019, soit cinq jours avant la date butoir, a annoncé jeudi un parlementaire de haut rang du Mouvement 5 étoiles (M5S).

"L'intention du gouvernement est de présenter (le projet) en conseil des ministres lundi. C'est à mes yeux un signal envoyé à l'Europe", a déclaré Stefano Patuanelli, chef du groupe parlementaire du M5S au Sénat.

Le gouvernement de coalition constitué par le mouvement populiste et la Ligue (extrême droite) a déjà présenté ses objectifs en matière de finances publiques et s'est attiré les critiques de la Commission, notamment sur son projet de triplement de l'objectif de déficit budgétaire en 2019.

Rome a rétorqué à la CE qu'elle devrait attendre de connaître tous les détails du budget pour se prononcer.

Aux termes de la loi italienne, le gouvernement a jusqu'au 20 octobre pour approuver son projet de budget et le soumettre au Parlement. Ce projet doit être soumis à la Commission européenne d'ici lundi 15 octobre afin que l'exécutif européen vérifie s'il est conforme aux règles européennes.

Pour répondre aux demandes de Bruxelles, le chef de file du mouvement populiste et vice-président du Conseil, Luigi Di Maio, a indiqué jeudi que le gouvernement allait renoncer à accorder de nouveaux abattements fiscaux pour les banques, notamment en ce qui concerne la déduction de leurs intérêts d'emprunt, tout en réduisant de 500 millions d'euros les dépenses militaires.

"Nous allons supprimer 500 millions d'euros de dépenses pour des armes inutiles, qui ne servent pas à défendre le pays mais seulement à dépenser de l'argent", a-t-il dit lors d'une interview accordée au site d'informations Tiscali News.

Le M5S a promis a maintes reprises une baisse des dépenses militaires bien que cela soit incompatible avec l'objectif de 2% du produit intérieur brut (PIB) fixé par l'Otan, que la ministre de la Défense, Elisabetta Trenta, s'est engagée à respecter.


(Giuseppe Fonte, Tangi Salaün pour le service français, édité par Juliette Rouillon)