Le gouvernement français se prépare à la mobilisation contre la réforme des retraites

Dimanche soir studieux à Matignon, où le gouvernement français s'est réuni autour du Premier ministre Edouard Philippe pour se préparer à la contestation de la réforme des retraites du 5 décembre.

C'est un jeudi noir qui s'annonce en France cette semaine. Personnels de la SNCF, de la RATP , contrôleurs aériens, poids lourds, enseignants, étudiants, policiers, avocats, éboueurs... De nombreux corps de métiers ont prévu de faire entendre, dans la rue, leur opposition au projet de réforme des retraites du gouvernement, l'une des principales réformes du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Que prévoit concrètement cette réforme des retraites ?

D'abord, les 42 régimes de retraite existants doivent être remplacés par un "système universel" , où "un euro cotisé donne les mêmes droits à tous" . Problème pour les détracteurs de la réforme : les spécificités des métiers ne seraient plus prises en compte.

Deuxième évolution majeure : la méthode de calcul. Jusque là, le montant des pensions était déterminé sur la base des 25 meilleures années pour les salariés du privé et sur les 6 derniers mois pour les fonctionnaires . Désormais, les points sont pris en compte dès le premier jour de travail. Les salariés dont les carrières connaissent des hauts et des bas craignent donc d'être pénalisés.

Enfin, troisième point envisagé, qui cristallise les tensions : la mise en place d'un âge-pivot . Pour faire simple, si les salariés prennent leur retraite à l'âge légal de 62 ans (âge actuel de départ) , ils seraient amputés d'une décote. Ceux qui attendent 64 ans , et qui prolongent leur activité au-delà, bénéficieraient d'une majoration. Objectif : inciter à travailler plus longtemps .

Mais cet été, le président Emmanuel Macron a aussi évoqué la possibilité de privilégier la durée de cotisation à l'âge , pour ne pas pénaliser ceux qui ont commencé à travailler très tôt. C'est un des points les plus épineux de la réforme, qui suscite le débat.

Reste aussi à savoir quelles mesures seront prises pour la pénibilité des métiers les plus difficiles.

"La réforme se fera"

Le gouvernement lance des signaux d'ouverture aux grévistes, mais en même temps de fermeté. Dans le journal du dimanche, le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin prévient : "La réforme se fera" . Sa méthode : "beaucoup d'écoute" et "beaucoup de courage" pour répondre au "paradoxe" des Français.

D'après une enquête de l'IFOP pour le JDD , les Français se disent en effet très largement favorables à une réforme du système de retraites, mais ils sont une minorité seulement à faire confiance au gouvernement pour le faire.