Le déconfinement dope l'optimisme des Français après des mois de crainte - EXCLUSIF

Geoffroy Clavel
Après l’annonce de la deuxième phase du déconfinement, qui s’est traduite ce mardi 2 juin avec la réouverture des bars et restaurants ainsi que la fin de la limite de 100 km pour les déplacements, l’opinion publique a retrouvé le moral.  . (AP Photo/Thibault Camus)

DECONFINEMENT - Ni les chiffres alarmants sur les déficits publics ni l’explosion du chômage n’auront réussi à doucher le regain d’optimisme perceptible chez les Français. Après l’annonce de la deuxième phase du déconfinement, qui s’est traduite ce mardi 2 juin avec la réouverture des bars et restaurants ainsi que la fin de la limite de 100 km pour les déplacements, l’opinion publique a retrouvé le moral.

Dans notre enquête hebdomadaire YouGov réalisée fin mai pour Le HuffPost, 79% des personnes interrogées estiment que la situation de la France concernant l’épidémie de coronavirus s’améliore. Soit un rebond de 17 points par rapport à la semaine précédente. Malgré les craintes suscitées par la réouverture des écoles et l’épée de Damoclès d’une éventuelle deuxième vague d’épidémie, seuls 9% des sondés jugent que la situation se détériore. À l’inverse, 3% considèrent carrément que l’épidémie est terminée, et ce malgré les messages de prévention martelés par les autorités sanitaires.

La confiance repart pour le gouvernement

Ce regain de moral, qui intervient au moment où les données épidémiologiques démontrent, jour après jour, un tassement des contaminations et des cas les plus graves nécessitant une hospitalisation, se traduit également au niveau international. 54% des Français interrogés estiment ainsi que la situation sanitaire mondiale s’améliore (+13 points en une semaine).

Et cet optimisme bénéficie naturellement au gouvernement, dont la gestion de l’épidémie a longtemps été décriée par les personnes sondées par YouGov. Certes, 51% des personnes interrogées considèrent encore que l’exécutif gère plutôt mal cette crise sanitaire. Mais elles sont désormais 42%, soit 5 points de plus que la semaine dernière, à estimer que le gouvernement s’en sort plutôt bien.

La crainte sanitaire détrônée par le risque économique

Désormais, les Français interrogés redoutent moins la maladie que ses conséquences économiques et sociales. La crainte de tomber malade ou d’en mourir...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post