Le complexe dossier syrien objet d'un nouveau sommet tripartite

Nouveau sommet tripartite sur la Syrie ce lundi à Ankara... Les dirigeants de la Turquie, de la Russie et de l’Iran doivent se retrouver à Ankara pour tenter d’obtenir une trêve durable dans le nord-ouest de la Syrie, une région théâtre de récentes attaques du régime syrien.

Hassan Rohani, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan vont redire ce qu'ils attendent chacun de la relance d'un processus de paix, après huit ans de guerre maintenant.

Mensur Akgun, directeur du Global Political Trends Center de Turquie : " Je pense qu'ils vont essayer de trouver un moyen pour que le comité constitutionnel fonctionne, afin qu'une transition pacifique puisse avoir lieu en Syrie, ce qui est extrêmement important pour la région et pour la Turquie, ainsi que pour le reste du monde."

Ce comité constitutionnel, mis en place par l'ONU, doit incarner le dialogue entre l'opposition et Bachar El-Assad. Alors que la zone démilitarisée établie il y a un an dans le nord n'a jamais été vraiment respectée , au niveau diplomatique, le dossier est toujours aussi complexe.

Bilgehan Alagoz, de l'Institute of Middle East Studies, Université de Marmara : "Le principal problème est que les trois acteurs ont des objectifs différents pour la Syrie. Pour la Turquie, il s'agit d'un problème de sécurité nationale et pour la Russie, cela fait partie de sa stratégie globale. Il n'est donc pas facile à court terme de trouver une solution".

Avec la reprise de plusieurs localités de la région d'Idleb, le régime syrien semble aujourd'hui en position de force. On estime que la guerre en Syrie a fait près de 400.000 morts et poussé des millions de personnes à l'exil.