Le chef de la droite européenne somme Orban de stopper son hostilité anti-Bruxelles

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sur la route menant de l'aéroport au centre-ville de Budapest, des panneaux blanc. Sur ces panneaux, il y avait jusque-là des affiches controversées visant notamment le président de la commission européenne Jean-Claude Juncker et le milliardaire Georges Soros. Les deux hommes sont accusés d'être les promoteurs de l'immigration illégale en Europe. Cette campagne d'affichage hostile a été initiée par le gouvernement eurosceptique de Viktor Orban . Et c'est pour dire stop à ce genre de message que Manfred Weber , le chef de file de la droite européenne, est venu en personne ce mardi à Budapest, et qu'il a rencontré le Premier ministre hongrois Orban. Les deux hommes ne sont pas parvenus à un accord. Manfred Weber attendait des excuses de la part de son hôte. Et il ne les a pas obtenues. « Le PPE a des valeurs fondamentales claires, a-t-il rappelé. Ces valeurs ne sont pas négociables. Elles doivent être respectées par tous ses membres, y compris par le Fidesz. » Le Fidesz, parti de Viktor Orban, est membre du PPE. Mais il pourrait en être exclu. Une réunion doit statuer sur le sujet le 20 mars. -avec agences -

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles