Les ex-LREM du 9e groupe de l'Assemblée à gauche toute

Astrid de Villaines
Paula Forteza, Delphine Batho, Aurélien Taché et Cédric Villani, membres du groupe EDS à l'Assemblée nationale

POLITIQUE - Ils démarrent sur les chapeaux de roue. À peine lancé, le 9e groupe de l’Assemblée nationale fait déjà des propositions. Et pas des moindres. Congé paternel obligatoire, revenu universel dès l’âge de 18 ans pour “donner un avenir aux jeunes” qui arrivent sur le marché du travail, revalorisation des salaires des soignants et des métiers “féminisés en première ligne” pendant la crise du coronavirus ou encore le dépôt d’une proposition de loi pour le bien être animal. 

Ce 19 mai, à l’occasion d’une conférence de presse retransmise sur Zoom et YouTube, les 17 membres du groupe “Écologie, Démocratie et Solidarité” (EDS) ont présenté leur initiative qui vient acter la séparation d’une partie d’entre eux d’avec LREM au Palais-Bourbon. 

Accélérer la transition écologique

C’est résolument l’aile gauche de LREM qui prend une consistance après avoir été marginalisée au fil des années du quinquennat d’Emmanuel Macron. L’accélération de la transition écologique est au sommet de leurs priorités avec notamment la proposition-choc de 5 milliards par an accordés aux collectivités locales pour les accompagner dans ce changement.

Ce groupe, qui rassemble aussi des députés d’autres mouvements politiques comme l’ancienne ministre de l’Écologie, Delphine Batho, se veut “ni dans l’opposition, ni dans la majorité”, selon leur profession de foi et fort d’une “liberté absolue” et d’une “indépendance”, selon les mots d’Aurélien Taché, ex-LREM qui l’a rejoint.

“Être utiles au pays pour les deux ans à venir”

“D’autres suivront”, a promis la députée anciennement de l’aile gauche d’En Marche, Delphine Bagarry, qui fait aussi partie d’EDS. “Un petit groupe, mais costaud”, a résumé le co-président Matthieu Orphelin, député de Maine-et-Loire, à la manœuvre depuis le début. Alors qu’on annonçait plus de vingt parlementaires LREM qui le rejoindraient au fil des dernières semaines, ils ne sont finalement que 7 à avoir officiellement quitté le groupe majoritaire et 9 ex-marcheurs ou exclus du...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post