"Laxisme" de la justice, "défiance" envers les magistrats : Eric Dupond-Moretti se défend

·1 min de lecture

Eric Dupond-Moretti présente mercredi en Conseil des ministres son projet de loi "pour la confiance dans l'institution judiciaire", qui devrait être examiné en première lecture à l'Assemblée nationale à partir du 17 mai. Parmi les principales mesures : l'encadrement des enquêtes préliminaires, la généralisation des cours criminelles départementales, mises en place pour désengorger les cours d'assises ou encore l'arrivée des caméras et micros dans les salles d'audience "pour un motif d'intérêt public". "Les Français ne doivent pas découvrir la justice que quand ils y sont confrontés, explique le garde des Sceaux dans une interview accordée au journal Le Monde, mercredi. Faire connaître la justice, c'est aussi renouer un lien de confiance."

Un procès "des populistes extrémistes"

"Et cela obligera Marine Le Pen à ne plus dire n'importe quoi sur la justice et son fonctionnement", ajoute-t-il, taclant au passage la présidente du Rassemblement national. Eric Dupond-Moretti se défend d'une justice "laxiste" et dénonce un procès "intenté par les populistes extrémistes" qui "profitent du déficit de connaissance du milieu judiciaire pour politiser des décisions rendues".

Lire aussi - Eric Dupond-Moretti au JDD : "Je veux démontrer que le projet du Rassemblement national est une imposture"

Interrogé sur la présidentielle de 2022, le ministre de la Justice a réaffirmé son soutien à Emmanuel Macron, souhaitant que le chef d'Etat se représente. S'il ne sait pas encore quelle forme prendra s...


Lire la suite sur LeJDD