L'avocate Natasa Pirc Musar devient la première femme élue présidente de Slovénie

AP - Darko Bandic

Les Slovènes ont élu dimanche une présidente de la République. La libérale Natasa Pirc Musar, une avocate de 54 ans, l’a emporté avec une confortable majorité : 54% des suffrages contre 46% pour sur son rival conservateur Anze Logar.

Avocate de renom, passionnée de moto, Natasa Pirc Musar a dirigé l’autorité slovène de protection des données dans les années 2000. Ses compatriotes l'ont vue régulièrement sur les plateaux télé – elle a elle-même été présentatrice. Sans expérience politique, mais dotée d’un fort tempérament, elle estime qu’en tant que présidente, elle « doit avoir une opinion, et ne peut pas être neutre ». Elle entend être une autorité morale face à de potentielles dérives politiques.

Sans l'appui d'un « parti établi », elle a estimé dimanche avoir vécu « une campagne plus difficile » que ses rivaux, même si le Premier ministre libéral Robert Golob lui a apporté son soutien après le premier tour. « On m'a traitée de carriériste, on ne dirait jamais cela d'un homme », avait-elle fustigé auparavant, se voulant « la voix des femmes » en Slovénie et à l'étranger.

C'est un nouveau revers pour les conservateurs qui rêvaient de revanche après leur lourde défaite aux législatives d'avril. Anze Logar, 46 ans, a adressé ses félicitations à sa rivale, qui sera officiellement investie dans ses fonctions le 23 décembre. « J'attends d'elle qu'elle soit la présidente de nous tous, c'est ce dont la Slovénie a besoin », a-t-il réagi.

Une fonction essentiellement protocolaire


Lire la suite sur RFI