L'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh relâchée provisoirement

·1 min de lecture

DUBAI (Reuters) - La justice iranienne a accordé une autorisation de sortie à l'avocate et militante des droits de l'homme Nasrin Sotoudeh, qu purge une lourde peine de prison pour espionnage et propagande, rapporte samedi l'agence d'information de l'appareil judiciaire iranien.

Le mois dernier, des groupes de défense des droits humains avaient averti que l'état de santé de l'avocate de 57 ans, prix Sakharov en 2012, s'était aggravé après six semaines de la grève de la faim pour réclamer la libération de prisonniers politiques.

"Nasrin Sotoudeh (...) a obtenu une permission de sortie avec l'accord du directeur adjoint de la prison des femmes", a rapporté l'agence d'information Mizan, sans autres détails.

La République islamique a accordé ces derniers mois plusieurs autorisations de sortie similaires à des milliers de détenus en raison des risques de propagation au coronavirus dans les prisons.

Nasrin Sotoudeh a été arrêtée en 2018, inculpée d'espionnage et de propagande contre l'Etat, des charges qu'elle rejette, et condamnée à trente-huit ans de prison et 148 coups de fouet.

En 2011, alors qu'elle avait pris la défense de nombreux opposants, Nasrin Sotoudeh avait déjà été condamnée à six ans de prison pour propagande et conspiration contre l'Etat. Elle avait été relâchée en 2013.

(Bureau de Dubaï, version française Jean-Stéphane Brosse)