L'avocat de la mère de Mia affirme que Lola Montemaggi n'a "aucun lien" avec Rémy Daillet

Jeanne Bulant
·2 min de lecture
L'avocat de la mère la petite Mia sur BFMTV ce dimanche. - BFMTV
L'avocat de la mère la petite Mia sur BFMTV ce dimanche. - BFMTV

Lola Montemaggi, la mère de la petite Mia, s'estime "victime d'une immense injstice", a déclaré son avocat Me Stéphane Giuranna ce dimanche sur BFMTV, alors qu'il s'exprimait médiatiquement pour la première fois depuis le début de cette affaire. Sa cliente de 28 ans a été mise en examen et placée en détention provisoire vendredi pour l'enlèvement de sa propre fille dont elle n'avait plus la garde.

Selon Me Stéphane Giuranna, sa cliente estime avoir été victime "deux fois de la justice: la première fois lorsque sa fille a fait l'objet d'un placement (...) et puis aujourd'hui, alors qu'elle n'a voulu en fait que récupérer son enfant, (Lola Montemmagi) est placée en détention provisoire. C'est pour elle une immense injustice".

Rémy Daillet, Lola Montemaggi "ne le connaît pas"

Sur notre antenne, Me Stéphane Giuranna affirme aussi qu'il n'existe "aucun" lien entre Lola Montemaggi et Rémy Daillet, le gourou résident en Malaisie soupçonné d'avoir aidé à organiser l'enlèvement de Mia. "Elle ne le connaît pas. Elle ne l'a jamais rencontré. Elle ne lui a jamais parlé", martèle-t-il, assurant que la mère de Mia n'avait "rien organisé du tout".

Selon l'avocat, "elle rentre en contact avec des sites internet sur lesquels elle crie à l'injustice. Elle tape tout simplement: 'placement d'enfant illégitime'. C'est ça au départ, et ensuite on va 'la prendre en main'. Mais elle, elle ne demande rien".

Extradée vendredi en fin de matinée de Suisse où elle avait été arrêtée dimanche avec sa fille en bonne santé, Lola Montemaggi a été auditionnée par un juge d'instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy, avant de se voir notifier dans la soirée sa mise en examen "pour enlèvement de mineure de 15 ans commis en bande organisée et soustraction d'enfant hors de France.

Si elle n'a pas voulu détailler l'organisation de l'enlèvement de Mia, "par contre, elle a souhaité assumer son acte, le justifier et le légitimer", avait expliqué, lors d'un point presse vendredi soir, François Pérain.

Article original publié sur BFMTV.com