L'avocat Jean-Marc Fédida ironise : « Contre les courses de kart, rouvrons les bagnes ! »

© NIVIERE/SIPA

Voici sa tribune : « Puisque placer des personnes présumées innocentes en détention ne suffit plus au nom du peuple de France et puisqu’il n’est plus du tout choquant de les laisser pendant des mois vivre dans des cachots moyenâgeux et insalubres pour attendre qu’un juge veuille bien prendre le temps d’évaluer leur implication dans les faits qu’on leur reproche.

Puisqu’il n’est pas encore suffisant de leur interdire tout accès à l’hygiène et que les faire cohabiter à trois dans une cellule de 9 mètres carrés avec des rats, des puces et des punaises reste encore un sort trop charmant aux yeux de l’opposition à l’affût de la moindre polémique estivale.

Puisque rien n’y fait, et que tout effort entrepris pour donner un peu de décence à ces lieux indignes d’une République concernée par les droits humains est considéré comme une impardonnable complaisance à l’égard du crime…

"

Les faire cohabiter à trois dans une cellule de 9 mètres carrés avec des rats, des puces et des punaises reste encore un sort trop charmant aux yeux de l’opposition

"

Alors soit ! Poussons l’absurde débat de quelques minutes de kart dans un lieu de misère jusqu’au bout ! Sonnons l’hallali une bonne fois pour toutes au nom des vraies valeurs de notre pays, tant qu’à faire ! Rouvrons les bagnes ! L’île du Diable et ses forçats ! Les maisons de correction pour les adolescents d’outre-mer ! Et s’il reste encore des mécontents quant aux conditions de vie de nos détenus, à se la couler douce et à se prélasser au sol...


Lire la suite sur LeJDD