"Libre" après un accord avec la justice américaine, Julian Assange est en route pour l'Australie

Au terme d'un accord avec Washington, le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a, comme prévu, plaidé coupable mercredi devant la justice américaine dans les îles Mariannes du Nord, territoire du Pacifique. Selon la juge Ramona V. Manglona, il est sorti "en homme libre" de ce tribunal. Le lanceur d'alerte est, selon WikiLeaks, en route pour son Australie natale.

Le lanceur d'alerte australien et fondateur de WikiLeaks Julian Assange est dorénavant un "homme libre" pour la justice américaine, à l'issue d'un accord qui clôt, mercredi 26 juin, une saga judiciaire de plus de dix ans.

"Vous pourrez sortir de cette salle d'audience en homme libre", a déclaré la juge Ramona V. Manglona au terme d'une rapide audience au tribunal fédéral américain de Saipan, dans les îles Mariannes du Nord.

Conformément à un accord conclu avec la justice, l'ancien informaticien âgé de 52 ans, accusé d'avoir publié des centaines de milliers de documents confidentiels américains dans les années 2010, a plaidé coupable d'obtention et de divulgation d'informations sur la défense nationale.

"J'ai encouragé ma source", la militaire américaine Chelsea Manning, à l'origine de cette fuite massive, "à fournir du matériel qui était classifié", a reconnu mercredi à la barre un Julian Assange fatigué mais visiblement détendu.

Son jet privé a ensuite décollé. Selon WikiLeaks, l’avion fait route vers Canberra, dans l’Australie natale du lanceur d’alerte.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Libération de Julian Assange : ces lanceurs d'alerte qui ont marqué l'opinion et leur époque
Après un accord avec la justice américaine, "Julian Assange est libre", annonce WikiLeaks
Julian Assange, un ardent défenseur de la liberté d'informer aux méthodes controversées