L'avance technologique de l'armée américaine se réduit

par Andrea Shalal et David Alexander
De hauts responsables américains estiment que la capacité de l'armée à rester à la pointe de la technologie, devant les autres pays, et à faire face à des crises multiples à travers le monde, est d'ores et déjà entamée et que la situation ne fera qu'empirer si les autorités ne reviennent pas sur les réductions budgétaires obligatoires prévues./Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

par Andrea Shalal et David Alexander

SIMI VALLEY Californie (Reuters) - La capacité de l'armée américaine à rester à la pointe de la technologie, devant les autres pays, et à faire face à des crises multiples à travers le monde, est d'ores et déjà entamée et la situation ne fera qu'empirer si les autorités ne reviennent pas sur les réductions budgétaires obligatoires prévues, ont averti samedi des hauts responsables américains.

L'amiral Jonathan Greenert, chef des opérations navales de la marine américaine, a déclaré à Reuters que la marine devrait réduire ses forces et limiter ses déploiements de bâtiments de guerre à travers le monde si les élus du Congrès n'atténuent pas ou n'annulent pas les coupes budgétaires, qui doivent reprendre au cours de l'année fiscale 2016.

"La guerre électronique, les attaques électroniques, la traque des sous-marins - dans tous ces domaines de pointe, la situation continuera de péricliter parce que nous n'investissons tout bonnement pas", a-t-il dit dans une interview, réalisée lors d'une conférence à la bibliothèque présidentielle Reagan.

La capacité de la marine américaine à conserver un avantage sur des adversaires potentiels "se détériorera fortement" si l'on ne revient pas sur les coupes budgétaires, a-t-il conclu.

Intervenant lors de ce forum, le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, a annoncé samedi un plan ambitieux destiné à identifier et mettre au point les types d'armements qui permettront de maintenir la domination militaire des Etats-Unis au cours du XXIe siècle.

Avertissant lui aussi que l'avance technologique des Etats-Unis se réduisait, il a estimé que le Pentagone "doit continuer à moderniser le potentiel de notre pays et à maintenir son avantage opérationnel et technologique. Et nous devons le faire en lançant des investissements sur le long terme en termes d'innovation".

Invoquant les foyers de tension dans le monde et les menaces de plus en plus grandes, de l'annexion de la Crimée par la Russie à la progression des djihadistes en Syrie et en Irak, l'amiral Greenert et d'autres responsables américains appellent pour leur part le Congrès à en finir avec les réductions budgétaires - appelées "séquestre".

RALENTISSEMENT DES ACQUISITIONS

Des cadres de sociétés comme Lockheed Martin, Huntington Ingalls Industries et Raytheon ont déclaré qu'ils réduisaient les frais généraux pour faire baisser le prix des armes qu'ils vendent à l'armée, mais ont ajouté que les incertitudes budgétaires limitaient leur capacité à engager les investissements nécessaires.

Selon des responsables du complexe militaro-industriel, l'évolution du paysage politique et la montée des menaces vont sans doute accroître les chances de revenir sur les réductions budgétaires.

L'amiral James Winnefeld, vice-président de l'état-major interarmes américain, a expliqué lors de la conférence que les acquisitions de nouveaux armements s'étaient ralenties.

"Nous ne nous modernisons pas aussi vite que nous le devrions dans un environnement technologique hautement concurrentiel. Pratiquement chaque composante de nos forces est revue à la baisse, alors même que les menaces potentielles, elles, augmentent", a-t-il ajouté.

La secrétaire à l'Armée de l'air Deborah James a déclaré que la moitié des forces aériennes américaines n'avait pas un niveau d'entraînement et d'entretien nécessaire pour faire face à des crises majeures. Quant au général de marine Joseph Dunford, il a estimé que la moitié seulement des forces navales basées aux Etats-Unis étaient actuellement à même d'être déployées.

(Eric Faye pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages