L'Autriche critique la répartition des vaccins dans l'UE

·2 min de lecture
L'AUTRICHE CRITIQUE LA RÉPARTITION DES VACCINS DANS L'UE

VIENNE (Reuters) - Les stocks disponibles de vaccins contre le COVID-19 ne sont pas répartis de manière égalitaire entre les pays de l'Union européenne sur la base de leur population respective, a déclaré vendredi le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, en réclamant une transparence accrue.

Il a expliqué lors d'une conférence de presse avoir comparé les chiffres de livraison de Vienne avec ceux dont disposaient d'autres dirigeants de l'UE et conclu à des divergences croissantes selon les pays.

"Les livraisons ne se font pas au prorata de la population. Il y a apparemment aussi des projets qui vont amplifier ce processus dans les mois à venir et accentuer les différences entre les Etats membres", a-t-il ajouté.

Malte devrait ainsi recevoir trois fois plus de vaccins que la Bulgarie par rapport à leur population respective d'ici fin juin, a-t-il précisé, ajoutant que certains pays devraient être en mesure d'avoir vacciné tous leurs habitants d'ici mai alors que d'autres pourraient devoir étaler leurs campagnes de vaccination jusqu'à la fin de l'été, voire à l'automne.

L'Autriche se situe dans la moyenne des pays de l'UE, a-t-il dit.

Pour expliquer ces entorses au principe d'une répartition au prorata de la population, Sebastian Kurz a avancé l'hypothèse d'accords directs entre certains groupes pharmaceutiques et le groupe de pilotage créé par l'UE pour coordonner l'approvisionnement en vaccins.

"Les contrats de cet organisme sont secrets et je ne les ai pas vus. Certains éléments suggèrent cependant qu'une sorte de bazar s'est installé dans lequel ont été conclus des accords supplémentaires entre des Etats membres et des entreprises pharmaceutiques", a dit le chef du gouvernement autrichien.

Des représentants de l'UE, y compris des autrichiens, utilisent depuis plusieurs mois déjà le terme "bazar" pour évoquer le mécanisme de répartition entre les Etats membres des doses excédentaires de vaccins.

Interrogé sur les déclarations de Sebastian Kurz, un porte-parole de la Commission européenne a répondu qu'"il peut y avoir sur la base d'accords (entre les groupes et les Etats) une divergence sur la distribution au prorata".

Il a ajouté que les gouvernements de l'UE pouvaient faire le choix de s'abstraire des contrats conclus par l'UE avec des fournisseurs spécifiques.

(Marc Angrand)