L'Autriche annonce plusieurs mesures en réponse à l'attentat islamiste de Vienne

·1 min de lecture

En Autriche, le gouvernement a annoncé ce mercredi plusieurs mesures, en réponse à l’attentat islamiste qui a frappé Vienne le 2 novembre dernier, faisant quatre morts. L’Autriche veut notamment instaurer une détention préventive ou une surveillance électronique pour les jihadistes présents sur son territoire.

Avec notre correspondante à Vienne, Isaure Hiace

Un peu plus d’une semaine après l’attentat de Vienne, le gouvernement autrichien a annoncé plusieurs mesures fermes pour lutter « de manière encore plus déterminée contre le terrorisme et la radicalisation », a expliqué le chancelier Sebastian Kurz.

Selon lui, 300 individus auraient rejoint ou tenté de rejoindre des groupes terroristes en Syrie ou en Irak, la moitié d’entre eux seraient morts ou toujours dans ces régions mais l’autre moitié, soit 150 individus, se trouveraient actuellement en Autriche, « des bombes à retardement » d'après le chancelier.

Principale mesure envisagée : l’instauration d’une détention préventive ou d’une surveillance électronique pour les jihadistes présents en Autriche. Le gouvernement souhaite également renforcer les outils permettant de retirer la nationalité autrichienne aux binationaux condamnés pour terrorisme.

► À lire aussi : L'UE affiche sa volonté d'intensifier ses mesures de lutte contre le terrorisme

Vienne veut aussi simplifier les dissolutions d’associations et les fermetures de mosquées en cas de radicalisation avérée. Un registre d’imams, enfin, devrait être créé, tout comme un fonds d’indemnisation des victimes du terrorisme. L’ensemble de ces mesures doit encore être précisé début décembre.