L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont fêté le Nouvel an malgré Omicron

·1 min de lecture

SAINT-SYLVESTRE - À jamais les premiers. Comme toujours, la Nouvelle-Zélande (midi heure française) puis l’Australie (14 heures dans l’hexagone) ont fêté le passage à la nouvelle année avant tous les autres. Une célébration, comme l’année précédente, qui s’est déroulée dans une ambiance presque libérée de la pandémie de Covid-19, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Les deux pays ont effet choisi de relâcher leurs mesures de restrictions sanitaires à l’occasion des festivités, malgré des situations assez différentes. À Auckland, la capitale néo-zélandaise, les bars et restaurants ont ainsi pu oublier leur jauge limite de public pour la soirée, tout en continuant d’exiger le passe sanitaire à l’entrée. Le pays de 5 millions d’habitants dénombre moins d’une centaine de cas par jour.

Côté australien, le tableau est plus sombre: comme de nombreux pays, l’île fait face à une augmentation importante du nombre de cas sous la poussée du variant Omicron, avec 32.000 nouvelles infections pour la seule journée du 31 décembre. Des chiffres que l’Australie n’avait jamais connus.

Comme le rapporte le média australien 7news.com.au, dans les grandes villes, la foule était tout de même au rendez-vous, bien que moins nombreuse que l’année dernière. Les rassemblements en extérieur étaient autorisés avec ou sans vaccin, et les feux d’artifice ont été maintenus: à Sydney, 80.000 pièces colorées ont explosé devant le fameux opéra de la ville.

À voir également sur Le HuffPost: À Londres, un garde royal marche sur un enfant, les autorités s’expliquent

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles