L'Australie accuse la Chine d'avoir mis en danger un de ses avions militaires

L'Australie accuse ce dimanche l'aviation chinoise d'avoir mis en danger un de ses appareils de surveillance militaire, un incident et une provocation de plus, survenus au-dessus de la mer de Chine méridionale revendiquée par Pékin.

Dans sa quête d’étendre son contrôle sur la mer de Chine méridionale, Pékin montre ses muscles. Les pilotes prennent souvent des risques, jusqu’à frôler des accidents graves.

Cette fois, le ministre australien de la Défense, Richard Marles, dénonce un incident « très dangereux » : le 26 mai, un chasseur chinois F-16 intercepte un avion de surveillance australien P-8. Il s’approche de très près, lance des fusées éclairantes et lâche un paquet de paillettes anti-radar contenant de petits morceaux d’aluminium, ingérés par le moteur de l'avion australien. L'appareil a pu rejoindre sa base, mais Canberra a exprimé sa préoccupation.

Pékin considère la mer de Chine du sud comme son territoire, malgré le verdict de la Cour permanente d'arbitrage de l'ONU qui en 2016 a rejeté ces revendications. Depuis, les États-Unis et l’Australie multiplient les missions de surveillance – pour assurer, disent-ils, la liberté de navigation dans ces eaux par lesquelles transite une grande partie du commerce entre l’Asie et le reste du monde.

Un nouvel incident

Ce nouvel incident intervient peu après l'arrivée des travaillistes au pouvoir en Australie – et alors que les relations entre les deux pays sont déjà très tendues. Il y a trois mois, Canberra avait déjà accusé l'armée chinoise d'avoir pointé un laser militaire sur un de ses avions au nord de l'Australie. Le gouvernement australien avait évoqué « un acte d'intimidation » dangereux.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles