Laurent Wauquiez coupe les subventions du festival “Lyon Antifa Fest”

·4 min de lecture
Photo d'illustration de Laurent Wauquiez en décembre 2018. REUTERS/Stephane Mahe (Photo: Stephane Mahe via Reuters)
Photo d'illustration de Laurent Wauquiez en décembre 2018. REUTERS/Stephane Mahe (Photo: Stephane Mahe via Reuters)

POLITIQUE - Pas de propos dits “anti-flic” sur les scènes de Lyon et dans sa banlieue. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a supprimé ce lundi 6 septembre la subvention d’une association en charge d’un festival où les deux rappeurs, Lax et Original Tonio, aux propos controversés se sont produits en 2015.

La 8e édition du “Lyon Antifa Fest” devait avoir lieu les 11 et 12 décembre prochains. L’évènement devait normalement être organisé par le CCO de Villeurbanne. Mais la vidéo promotionnelle du festival a provoqué la colère des syndicats de police et du président LR de région.

En cause, un extrait de moins d’une minute, très partagé sur les réseaux sociaux, dans lequel on entend les deux rappeurs lancer sur scène: “Tous les flics, ce sont des bâtards”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La programmation de l’évènement au mois de décembre n’a pour l’instant pas été communiquée et on ignore si les deux rappeurs montrés dans la vidéo ont de nouveau été invités. Le post visible ce lundi matin sur la page Facebook du festival a, lui, été supprimé. Selon l’entourage de M. Wauquiez, un lien a été supprimé depuis dimanche soir. Interrogé par l’AFP, le CCO a précisé que le lien supprimé renvoyait à une édition passée et non à la prochaine.

“Le festival cette année n’est pas annoncé de notre côté. Il n’y a à ce jour aucune convention de signée pour cette nouvelle édition”, a souligné le centre dans un communiqué de presse, tout en se désolidarisant de la vidéo dont il ignorait le contenu et en condamnant “la stigmatisation des forces de l’ordre”.

“Ils ont clairement franchi la ligne rouge”

“Cet événement incite à la haine et présente des risques graves de troubles à l’ordre public”, a estimé le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) en réclamant son interdiction par le ministère de l’Intérieur et la région Auvergne-Rhône Alpes. Le syndicat Synergie a lui dénoncé une “provocation”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Leur demande a été entendue par Laurent Wauquiez qui a annoncé dans le journal Le Progrès la suspension des subventions à la CCO de Villeurbanne, d’un montant de 45.000 euros annuel. “Ce concert était toléré jusque-là par respect pour la diversité d’opinions, mais ils ont clairement franchi la ligne rouge en insultant ouvertement les forces de l’ordre dans un contexte très lourd”, a dénoncé le président de région LR, en condamnant des propos “intolérables”.

Réagissant à l’annonce de Laurent Wauquiez, le CCO de Villeurbanne, cité par Le Progrès, a fait savoir qu’il “se désolidarise de la vidéo publiée par le Lyon Antifa festival”. Il n’y a “aucune convention de signée pour cette nouvelle édition” du festival, ajoute-t-on de même source.

Le président de région LR a été soutenu par Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne et vice-président à la culture du Grand Lyon. “La lutte antifasciste n’autorise pas tout”, a jugé l’élu. “Les appels à la haune et à la violence contre les policiers n’auront jamais leur place à Villeurbanne”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“Il est utile de rappeler qu’en démocratie, la liberté d’expression est un droit fondamental et l’expression artistique doit être protégée. Je serai toujours vigilant à ce que toutes les expressions artistiques, dès lors qu’elles respectent la loi, puissent avoir droit de cité”, a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le groupe PS de la région a de son côté dénoncé “une mesure de rétorsion injustifiée” car le CCO “n’a, en l’espèce et en aucune manière, soutenu et diffusé un quelconque message promouvant la haine de la police”.

Le président de la région “guidé par son seul émoi à l’occasion d’une polémique sur les propos d’un groupe de rap”, “décide seul”, “un dimanche soir”, la suppression de la subvention à cette structure “qui déploie d’innombrables autres activités et actions culturelles”, a également critiqué le groupe PS.

À voir également sur Le HuffPost: Pourquoi ces Républicains ne veulent pas d’une primaire à droite

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles