Laurent Saint-Martin : « Les guerres d’ego, ça suffit ! »

·1 min de lecture
Le député du Val-de-Marne et tête de liste Envie d'Île-de-France dans son QG de campagne, le jeudi 27 mai 2021, à près de trois semaines du dernier tour. 
Le député du Val-de-Marne et tête de liste Envie d'Île-de-France dans son QG de campagne, le jeudi 27 mai 2021, à près de trois semaines du dernier tour.

Le candidat de la majorité présidentielle ne fait pas mystère de son obsession de campagne à trois semaines du premier tour (le 20 juin). Valérie Pécresse. Un bulletin de vote au nom de l'actuelle présidente de Libres ! dans les urnes et c'est l'assurance d'assister à une course vers la primaire de la droite, alerte-t-il. Aussitôt élue, aussitôt partie, récuse ce député du Val-de-Marne à l'unisson de la majorité dans les Hauts-de-FranceXavier Bertrand cherche à se faire réélire dans la perspective de 2022. Ce candidat mystère ? « Je suis plus reconnu que connu » ? distancé dans les projections de vote par le numéro deux du Rassemblement national, Jordan Bardella, attaque désormais bille en tête son opposante de droite. Le but de la man?uvre ? Faire passer Valérie Pécresse pour la candidate du passif à défaut de pouvoir lui opposer un bilan. Sans oublier d'égratigner une gauche francilienne, « la moins républicaine du monde ». Pour Le Point, cet adepte du sérieux budgétaire (il en est le rapporteur général à l'Assemblée nationale) livre ses impressions très politiques sur un scrutin nationalisé, l'accent sécuritaire de Gérald Darmanin et l'avenir de l'Île-de-France sans Valérie Pécresse. « Je serai engagé pour six ans à la tête de la région », veut-il croire.

Le Point : Valérie Pécresse se fait forte de son bilan pour être reconduite à la présidence de la région. C'est une difficulté supplémentaire pour votre campagne ?

Laurent Saint-Martin, député du Val [...] Lire la suite