VIDEO- Laurent Ruquier : ses techniques insolites pour travailler malgré son bras cassé

C'est à l'antenne d'RTL que Laurent Ruquier avait évoqué le 4 novembre l'accident dont il venait d'être victime. Seul dans sa maison de campagne en Normandie, l'acteur avait violemment chuté dans ses escaliers. "J'ai hurlé. Je n'osais même pas regardé mon poignet tellement il était dévié et je hurlais de douleur." expliquait-il alors. Bilan : un poignet cassé, deux broches et un plâtre pour six semaines. Invité le 1er décembre par Michel Drucker dans Vivement Dimanche, l'animateur a expliqué comment il était parvenu à poursuivre ses activités malgré ce plâtre embarrassant.

"J'aurais gardé ce plâtre cinq semaines et ce furent cinq semaines douloureuses, je fais partie des bras cassés de la télé !" a-t-il commencé avec humour. Puis, poussé par un Michel Drucker curieux de savoir comment il parvenait à tourner les pages des nombreux livres qu'il présente dans On n'est pas couché, l'animateur a donné une explication pour le moins inattendue : "Quand ce sont des petits livres c'est très compliqué de tourner la page vous comprenez. Alors j'ai engagé des tas de jeunes hommes, qui me tournent les pages. Ils sont nus, entièrement nus !" a-t-il confié malicieusement sous les rires du public.

Puis, devant un Michel Drucker tout de même un peu incrédule, Laurent Ruquier a donné la triste vérité. Pas d'hommes nus à son service, juste la solitude : "Mais Michel je raconte n'importe quoi, je suis comme un paumé dans ma cuisine à essayer de tourner les pages. Pensez bien c'est affreux, ma vie

Retrouvez cet article sur GALA

Brigitte Macron obligée d'attendre 2021 pour recevoir son service commandé pour l'Élysée !
Beatrice d’York : une fête de fiançailles grandiose… avec ou sans son père Andrew
VIDEO - L'hommage intime d'Estelle Lefébure à sa fille Ilona Smet
Cette phrase cruelle d’un proche de Jacques Chirac sur Jacqueline Chabridon, si blessante pour Bernadette
Laeticia Hallyday pas épargnée par Johnny quand il était malade : ce qu’elle a subi sans broncher