Laurent Nuñez va remplacer Didier Lallement à la préfecture de police de Paris

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Laurent Nuñez, ici en février 2022, va remplacer Didier Lallement à la préfecture de police de Paris. (Photo: LUDOVIC MARIN via Getty Images)
Laurent Nuñez, ici en février 2022, va remplacer Didier Lallement à la préfecture de police de Paris. (Photo: LUDOVIC MARIN via Getty Images)

Laurent Nuñez, ici en février 2022, va remplacer Didier Lallement à la préfecture de police de Paris.  (Photo: LUDOVIC MARIN via Getty Images)

PARIS - Le nom du futur préfet de police de Paris est connu. Une semaine après l’annonce du départ de Didier LallementBFMTV et Franceinfo révèlent ce mardi 19 juillet le nom de son successeur: Laurent Nuñez, actuel coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme. L’annonce doit être officialisée lors du conseil des ministres de ce mercredi 20 juillet.

Laurent Nuñez, 58 ans, a auparavant été secrétaire d’État à la sécurité intérieure auprès de l’ex-ministre Christophe Castaner entre 2018 et 2020. Avant d’entrer au gouvernement, ce haut-fonctionnaire diplômé de l’ENA avait occupé les fonctions de directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), entre 2017 et 2018.

Il a également été préfet de police des Bouches-du-Rhône de 2015 à 2017, après trois années comme directeur de cabinet du préfet de police de Paris. De 2008 à 2010, il a occupé ce même poste de directeur de cabinet à la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Didier Lallement, un préfet contesté

Ces postes sensibles et stratégiques lui permettent aujourd’hui de succéder à Didier Lallement, qui va quitter son poste mercredi 20 juillet après trois années houleuses à la préfecture de police. Didier Lallement était arrivé à son poste après le limogeage en 2019 de Michel Delpuech, mis en cause dans les débordements pendant les manifestations des Gilets jaunes.

La méthode Lallement, marquée par une gestion musclée du maintien de l’ordre, a aussi été contestée, en particulier lors des manifestations. Récemment, il a encore été sous le feu des critiques après le fiasco de la finale de la Ligue des champions au Stade de France. Emmanuel Macron lui avait alors renouvelé sa confiance, malgré les appels à la démission.

À 65 ans, il avait déjà dépassé l’âge maximal pour un poste préfectoral, mais une dérogation lui avait permis de rester préfet de police. D’après Le Point, Didier Lallement avait déjà évoqué son départ à l’été avant même l’épisode du Stade de France, pour retourner à la Cour des  omptes, son administration d’origine. Puis d’envisager la retraite.

À voir également sur Le HuffPost: Ligue des champions: le préfet Lallement reconnaît un ”échec”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles