Laurent Luyat: après sa bourde, il dénonce les "rageux" et "haineux" des réseaux sociaux

·1 min de lecture

La séquence avait fait grand bruit. Le lancement de la mythique course s'était vu perturbé samedi 26 juin par une femme au ciré jaune munie d'une pancarte sur laquelle était inscrit "Allez Opi-Omi". En ne respectant pas les consignes de sécurité, cette spectatrice avait été responsable de l'énorme chute entraînant des blessures et contraignant même un abandon samedi sur la 1re étape.

Mais avant que la spectatrice ne se rende aux forces de l'ordre et ne soit placée en garde à vue, Laurent Luyat s'est fait piéger par une information parodique qu'il a relayée à l'antenne. Alors que cette malheureuse spectatrice était toujours activement recherchée, l'animateur de 53 ans avait affirmé qu'elle avait été retrouvée, se basant sur un tweet labellisé "AFP" dans le Vélo Club. Rappelons que "AFP" sont les initiales de l'Agence France Presse, agence chargée de collecter, vérifier, recouper et diffuser l'information. "Visiblement, elle aurait été retrouvée à Glasgow", lançait alors Laurent Luyat. "Ça ne sera pas le feuilleton de l'été", ajoutait dans la foulée le consultant cycliste Yoann Offredo. Une petite bourde que les réseaux sociaux n'ont pas manqué d'épingler plus ou moins délicatement.

À lire également

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles