Laurent Bouvet, le soldat de la gauche républicaine, est mort

·1 min de lecture
Laurent Bouvet, politologue francais, appartenait à la gauche républicaine.

Défenseur pugnace de la laïcité, Laurent Bouvet est décédé à Paris ce samedi 18 décembre. La gauche perd l'un de ses aiguillons.

Avec la disparition de Laurent Bouvet, annoncée par sa femme sur Facebook, c?est une partie de la mauvaise conscience de la gauche qui s'évapore. Politologue, fondateur du Printemps républicain et auteur de nombreux ouvrages sur l'identité et l'insécurité culturelle, Laurent Bouvet s'est éteint à Paris ce samedi à l?âge de 52 ans. Bien qu'atteint par une maladie dégénérative, il trouvait encore les forces de publier en juillet 2020 Le Péril identitaire (Éditions de l'Observatoire), un essai testament, dans lequel il tentait, une dernière fois, de mettre la gauche en garde contre la lente dérive identitaire dont elle fait l?objet depuis plusieurs années. « Si l'on désire résister à la pression de ce monde individualiste devenu identitaire, il faut avoir des principes solides auxquels on ne déroge pas. En France, ça s'appelle la République. Le républicanisme à la française constitue une proposition politique capable de limiter les effets délétères de l'individualisme libéral et les inégalités sociales », répétait-il pour expliquer l'ancrage à gauche de son engagement républicain.

Il était aussi l'une des rares voix de gauche ouvertement engagée dans le combat pour la laïcité et contre l'islam politique, le relativisme culturel ou la pensée décoloniale qui irriguent le monde universitaire. Souvent accusé de souffler sur les braises d'un « identitarisme républicain », l'essayiste réfutait cette analyse : « Je ne suis en rien un identitaire, bien au contraire, j [...] Lire la suite

VIDÉO - Une histoire dessinée de la laïcité à la française

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles