Laurent Barat : "Aujourd'hui la plus infime des bonnes nouvelles devient stylée"